L'ancien ministre du Pétrole de Kadhafi est mort noyé à Vienne


©

La police autrichienne a révélé ce lundi après-midi les résultats de l'autopsie pratiquée sur Choukri Ghanem, l'ancien ministre libyen du Pétrole retrouvé mort dans le Danube au matin du 29 avril. Un journaliste étranger était en contact avec l'ex-intime de Mouammar Kadhafi, qui avait fait défection en mai 2011.

Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

L’autopsie révèle que Choukri Ghanem est mort noyé. Il a quitté son appartement dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 avril, sans que sa fille, avec qui il vit, ne s’en rende compte. Tous deux avaient passé une soirée banale, devant la télévision. Il a été retrouvé mort dimanche matin.

En allant se coucher, l’ancien ministre du dictateur déchu, exilé à Vienne, avait confié à sa fille qu’il « se sentait un peu mal ». A priori, la thèse d’une crise cardiaque est écartée. Pour l’instant l’hypothèse de l’implication d’une tierce personne aussi, mais il n’y a pas de témoin du drame. La police a donc lancé un appel.

Un journaliste étranger serait un témoin clé

La police a convoqué la presse sur les lieux où a été retrouvé le corps : face à un restaurant grec de Copa Cagrana, l’un des ports de plaisance de Vienne, un quartier festif pour noctambules qui borde le Danube. Elle recherche notamment un journaliste étranger qui avait raconté à la presse autrichienne, dans un premier temps, que Choukri Ghanem était mort chez lui d’une crise cardiaque.

« Selon nos informations, déclare Roman Hahslinger, porte parole de la police de Vienne, la famille de Choukri Ghanem était apparemment en contact avec un journaliste étranger. Ce journaliste a parlé à un média à Vienne, qui a ensuite relayé l’information erronée selon laquelle Choukri Ghanem était mort dans son appartement ».

Choukri Ghanem résidait légalement à Vienne, une ville qu'il connaissait bien pour y avoir très souvent résidé pour les réunions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont le siège est dans la capitale autrichienne.

Son appartement se trouve à quelques centaines de mètres du lieu où son corps a été retrouvé, près du siège des Nations unies. L’une de ses filles, avec qui il vit, a la nationalité autrichienne. Selon ses amis, il s'occupait d'une société de conseils en matière d'énergie pétrolière et travaillait dans un bureau du centre-ville.

Les résultats des tests de toxicologie sont attendus la semaine prochaine. Choukri Ghanem ne souffrait pas de maladie chronique et la police n’a pas connaissance de menaces de mort. Le lieu exact de sa mort reste à déterminer.

Aucune lettre annonçant un suicide n’a été retrouvée. Choukri Ghanem avait été chef du gouvernement de 2003 à 2006 et ministre du Pétrole, ainsi que président de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), de 2006 à 2011. Le 1er juin à Rome, peu après avoir fait défection, il avait déclaré avoir « quitté son pays » pour rejoindre la rébellion et « combattre pour un Etat démocratique ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.