Republier
RCA

RCA : un Suédois détenu depuis six semaines après avoir découvert treize cadavres

République centrafricaine.
© RFI

En RCA, la justice enquête sur l'assassinat de 13 chercheurs d'or fin mars dans la zone de Bakouma dans l'est du pays. Soupçonné, un Suédois, propriétaire d'un safari dans la zone, est maintenu en détention depuis un mois et demi. Une enquête complexe, très loin d'être résolue.

Le 22 mars dernier, Eric MAararv découvre dans la zone de safari qu'il gère, treize cadavres. Ce sont treize jeunes mineurs, assassinés à coup de baton, les mains ligotées dans le dos. 

Le 25, ce Suédois qui tient cette exploitaion avec sa femme dans le village de Ngou Nguinza, décide de se rendre à Bangui pour rencontrer les autorités. Mais depuis six semaines, il est maintenu en détention dans les locaux de la SRI, la section de recherche et d'investigation. 

Sa femme, Emilie, inquiète, attend toujours des explications : « On ne sait pas s'il y a une accsuation, je comprends que c'est une investigation difficle, avec treize morts. Mais on aurait espéré être des témoins, pas des accusés », explique-t-elle à RFI.

Le droit centrafricain stipule qu'une garde à vue peut durer 72 heures et être reconduite une fois. Pour le ministre de la justice, Firmin Feindiro, la prolongation du maintien en détention est justifiée par la gravité des faits : « L'enquête a besoin d'être faite avec le plus grand sérieux. La durée de la garde à vue a été dépassée, je ne pense pas que c'est dans le souci de faire du mal à ces personnes, mais beaucoup plus pour voir si ces personnes soupçonnées sont responsables ou pas ». 

Cette affaire fait en tout cas beaucoup de bruit à Bangui. Eric Mararv employait 250 personnes dans son safari et payait d'importantes taxes à l'Etat centrafricain. Une source diplomatique juge le dossier extrêmement sensible.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.