Madagascar : les BRICS, modèle de développement pour la Grande-Ile?

Vue générale d'Antananarivo, capitale de Madagascar
© Getty/ Martin Harvey

Les BRICS sont-ils un atout pour Madagascar ? Les BRICS, ce sont le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud, cinq grandes puissances émergentes qui vont assurer d'ici à trois ans, plus de la moitié de la croissance économique mondiale. Les BRICS sont-ils des modèles pour sortir Madagascar de la pauvreté? Le commerce avec ces pays est-il l'une des solutions? Ce sont les questions au coeur du débat qui rassemblent des spécialistes de l'économie, du droit et des relations internationales, au sein du Centre d'études diplomatiques et stratégiques, à Antananarivo.

Tandis que le Brésil, la Chine, l'Inde la Russie et l'Afrique du Sud sont en voie de produire un quart des richesses mondiales à eux seuls en 2025, Madagascar accuse – 40%, en termes de richesses par individu, depuis l'indépendance.

Guy Ratrimoarivony, directeur de séminaire au centre d'études, diplomatiques et stratégiques déclare : « La première chose fondamentale, quand on regarde la réussite des BRICS, c'est la focalisation dans l'Education. Je prends l'exemple de la Corée du Sud qui a tout misé là dessus, elle est arrivée, la Chine, c'est la même chose, et je crois qu'il n'y a que cette voie pour parvenir à se développer ».

Aujourd'hui les BRICS représentent la moitié des produits importés à Madagascar, la Chine a elle seule 39%.Depuis dix ans, elle est n°1, devant la France. Pourtant, le partenariat économique avec les BRICS n'est pas forcément à l'avantage de Madagascar.

Herytsino Ranaivojaka, opérateur économique, s'en explique : « Oui certes, on peut créer des richesses, on peut créer un développement avec les BRICS, mais il faut faire attention pour les négociations c'est quelque chose qui n'a jamais existé à Madagascar, c'est à dire que l'Etat négocie à tort et à travers les richesses du pays, mais sans impact direct sur l'économie de Madagascar ».

La Chine a du suspendre les activités de plusieurs mines à Madagascar, pour non respect des règles, environnementales, en l’occurrence.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.