Une enquête vise une société française pour complicité de torture dans la Libye de Kadhafi


©

Une information judiciaire a été ouverte à Paris pour complicité d'actes de torture en Libye visant la société Amesys, filiale de Bull. C'est ce qu'ont annoncé ce lundi la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et la Ligue des droits de l'homme. Les deux ONG avaient déposé plainte avec constitution de partie civile en octobre 2011, contre la société qui aurait fourni au régime Kadhafi des moyens de surveillance des communications pour surveiller la population libyenne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.