Guinée équatoriale: un nouveau gouvernement et une succession qui s’annonce

Portrait du président Obiang Nguema dans une rue de Malabo en Guinée équatoriale, le 10 jullet 2008.
© (Photo: AFP)

Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema a nommé le nouveau gouvernement – annoncé jeudi 24 mai - après la nomination, en début de semaine, de Vincenté Ehaté Tomi comme Premier ministre et à l'issue d'une réforme constitutionnelle. Sur les 55 nominations, douze reviennent à des proches parents du président Obiang Nguema dont son frère et son fils. L’opposition dénonce une « monarchie héréditaire ».

Le président équato-guinéen est accusé, par l’opposition, de préparer sa succession à la tête du pays. Dès qu’il a nommé son fils Teodorin Obiang en qualité de deuxième vice-président, chargé de la Défense et de la Sécurité, Daniel Dario, le président de l’Union populaire (UP), deuxième parti d’opposition, a immédiatement réagi en déclarant que « la nomination de Teodorin met en évidence qu’il se prépare à succéder à son père et que le fait d’être chargé de la Défense et de la sécurité démontre qu’il s’appuie sur les forces armées », a affirmé Daniel Dario.

« On nous impose une monarchie héréditaire »

Ce renouvellement du gouvernement intervient après l’adoption d’une réforme constitutionnelle, au mois de novembre dernier, qui prévoit notamment une limitation à deux, du nombre de mandats présidentiels ainsi que la création d’un seul poste de vice-président.

«La Guinée équatoriale prépare l'arrivée de Teodorin Obiang»
26-05-2012 - Par Carine Frenk

L’opposition a de nouveau crié au « scandale » lorsque le président Obiang Nguema a nommé son fils deuxième vice-président, alors que la Constitution stipule qu’il n’y a qu’un seul poste de vice-président.

Joint par RFI, l’opposant Placido Mico, secrétaire général de la Convergence pour la démocratie sociale, s’est dit scandalisé. « Comment peut-on passer d’un vice-président à la nomination de deux vice-présidents ? », s’est-il demandé. Selon lui, le président a créé ce poste pour « constituer une succession héréditaire au pouvoir ». Placido Mico, l’unique député de l’opposition à l’Assemblée, s'insurge et ajoute qu' «on ne peut accepter qu’on nous impose une monarchie héréditaire».

55 ministres dont 12 proches parents du président Obiang Nguema

Dans le nouveau gouvernement, annoncé jeudi 24 mai, parmi les 12 nominations qui reviennent à des parents proches du président Obiang Nguema figurent le ministère de la Défense, conservé par son frère Antonio Mba Nguema et le ministère des Mines, de l’Industrie et de l’Energie, confié à un de ses fils, Gabriel Mbega Obiang Lima, qui remplace Marcelino Owono Edu.

Le ministère des Affaires étrangères est confié à Agapito Mba Mokuy en remplacement de Pastor Micha Ondo Bile et le secrétariat général de la présidence à Tomás Esono Ava, en remplacement de Vincenté Ehaté Tomi nommé Premier ministre.

L’ancien Premier ministre Ignacio Milam Tang a, quant à lui, été nommé premier vice-président, chargé des Affaires présidentielles.

Le président Teodoro Obiang Nguema est au pouvoir, en Guinée équatoriale, depuis 1979. Son régime est très critiqué par les défenseurs des droits de l’homme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.