Republier
Mali

Mali: le MNLA et Ansar Dine signent un protocole d'accord aux contours encore flous

Le MNLA et Ansar Dine ont signé samedi 26 mai 2012 un protocole d'accord mais le communiqué commun promis se fait attendre.
© AFP PHOTO/ROMARIC OLLO HIEN

La médiation ouest-africaine salue l'accord annoncé entre les rebelles touaregs du MNLA et ceux du mouvement islamiste Ansar Dine : « Il est toujours mieux d'avoir à négocier avec un seul groupe qu'avec plusieurs aux intérêts parfois diamétralement opposés », a déclaré le médiateur burkinabè Djibril Bassolé, interrogé par l'AFP. Mais si des deux côtés, on confirme ce dimanche 27 mai la signature, la veille, d'un protocole d'accord entre les deux mouvements rebelles du nord du Mali, tout ne semble pas réglé.

Un protocole d'accord a été signé samedi 26 mai à Gao entre le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) et Ansar Dine, selon des sources contactées des deux côtés, qui l'ont confirmé. Au bas du document, les signatures de Bilal Ag Cherif, secrétaire général du MNLA, et au nom d'Ansar Dine, celle du député de Kidal, Alghabass Ag Intallah, un responsable de la communauté des Ifoghas.

Il est sûr que le MNLA risque d'y perdre des soutiens...

Pierre Boilley
27-05-2012

Les deux mouvements seraient tombés d'accord pour déclarer l'Azawad, Etat indépendant, et pour unir leurs forces afin de constituer une seule armée chargée de sécuriser le territoire.

Pourtant, curieusement, le communiqué commun promis par le MNLA et Ansar Dine se fait attendre. Un des négociateurs joint par RFI reconnaît des problèmes d'interprétation divergente de l'accord.

Des questions en suspens

La charia doit-elle être appliquée telle qu'Ansar Dine la réclame ? Le mouvement salafiste doit-il prendre ses distances officiellement avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et condamner le terrorisme ? Des sources contactées de part et d'autre fournissent aujourd'hui des réponses divergentes à ces questions.

Rien d'étonnant à ce que la rédaction d'un communiqué commun soit laborieuse dans ces conditions. Mais il faut noter que ce sont ces mêmes questions qui ont longtemps bloqué la conclusion de l'accord annoncé samedi 26 mai.

Après cette signature, certains s'interrogent sur le rôle d'Aqmi et sur la légitimité de la fusion entre le MNLA et Ansar Dine. C'est le cas d'Assarid ag Imbar-ka-Wan, député de Gao et deuxième vice-président de l'Assemblée nationale.

Je ne pense pas du tout que ce mouvement peut être représentatif du Nord...

Assarid ag Imbar-ka-Wan
27-05-2012 - Par RFI

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.