RDC : en appel à La Haye, le leader hutu Callixte Mbarushimana échappe à un procès faute de preuves


©

La Cour pénale internationale (CPI) a confirmé, ce mercredi 30 mai en appel, la décision de ne pas juger le Rwandais Callixte Mbarushimana faute de preuves suffisantes. Le dirigeant des rebelles hutus était soupçonné de « crimes contre l'humanité » et « crimes de guerre » dans l'est de la République démocratique du Congo. Le 16 décembre 2011, la CPI avait estimé que les éléments de preuve rassemblés par le procureur n'étaient pas assez solides pour conduire à l'ouverture d'un procès. L'institution avait donc ordonné pour la première fois depuis son entrée en fonction en 2003, la remise en liberté d'un suspect. Le procureur avait interjeté appel. Appel rejeté, donc, ce mercredi à La Haye.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.