Israël multiplie les mesures pour freiner l’afflux de migrants africains

Des migrants africains dans un parc de Tel Aviv, le 26 mai 2012.
© Reuters/Ronen Zvulen

Les organisations de défense des migrants n'ont pas eu gain de cause en Israël. Les autorités multiplient les mesures pour freiner l'afflux de clandestins africains. Près de 60 000 personnes sont arrivées par la frontière sud, par le Sinaï, ces dernières années. Après des manifestations hostiles aux demandeurs d'asile récemment, la question est au coeur des débats et le ministre de l'Intérieur annonce désormais son intention d’enfermer la totalité de ces clandestins.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Dans une tribune publiée ce vendredi matin, 8 juin, par le quotidien Israel Hayom, le ministre de l’Intérieur Elie Yishai explique que son gouvernement a décidé d’augmenter la capacité du principal centre de rétention, situé dans le sud du pays. Objectif : enfermer les « infiltrés » comme on appelle ici les migrants qui ont franchi clandestinement la frontière. « J’espère que tous les infiltrés du Soudan et d’Erythrée partiront volontairement, ajoute Elie Yishai, ceux qui veulent rester resteront dans le centre de rétention ».

Parallèlement, l’Etat hébreu poursuit la construction d’une clôture de sécurité le long de sa frontière avec l’Egypte. Vaste chantier de plus de 200 km. Certains s’interrogent déjà sur son efficacité.

Au-delà de ces mesures, Israël ne peut pas expulser les demandeurs d’asile originaires du Soudan et d’Erythrée car ils bénéficient d’une protection collective, liée à la situation politique dans ces deux pays. Jeudi toutefois un tribunal de Jérusalem a estimé que les ressortissants du Soudan du Sud ne bénéficiaient plus de cette mesure collective et que la situation dans cet Etat indépendant depuis un an n’empêchait pas leur expulsion.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.