Mali : ONU, UA et Cédéao exigent la dissolution de l'ex-junte - Afrique - RFI

 

  1. 07:00 TU Journal
  2. 07:15 TU Sessions d'information
  3. 07:30 TU Journal
  4. 07:43 TU Sessions d'information
  5. 08:00 TU Journal
  6. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  7. 08:30 TU Journal
  8. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  9. 09:00 TU Journal
  10. 09:10 TU Priorité santé
  11. 09:30 TU Journal
  12. 09:33 TU Priorité santé
  13. 10:00 TU Journal
  14. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  15. 10:30 TU Journal
  16. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  17. 11:00 TU Journal
  18. 11:15 TU Sessions d'information
  19. 11:30 TU Journal
  20. 11:33 TU Sessions d'information
  21. 12:00 TU Journal
  22. 12:10 TU Grand reportage
  23. 12:30 TU Journal
  24. 12:33 TU Sessions d'information
  25. 12:40 TU Accents d'Europe
  1. 07:00 TU Journal
  2. 07:15 TU Sessions d'information
  3. 07:30 TU Sessions d'information
  4. 08:00 TU Journal
  5. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  6. 08:30 TU Journal
  7. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  8. 09:00 TU Journal
  9. 09:10 TU Priorité santé
  10. 09:30 TU Journal
  11. 09:33 TU Priorité santé
  12. 10:00 TU Journal
  13. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  14. 10:30 TU Journal
  15. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  16. 11:00 TU Journal
  17. 11:15 TU Sessions d'information
  18. 11:30 TU Journal
  19. 11:33 TU Sessions d'information
  20. 12:00 TU Journal
  21. 12:10 TU Grand reportage
  22. 12:30 TU Sessions d'information
  23. 13:00 TU Journal
  24. 13:10 TU Sessions d'information
  25. 13:30 TU Journal
fermer

Afrique

Cédéao Mali ONU Union africaine

Mali : ONU, UA et Cédéao exigent la dissolution de l'ex-junte

media

L'ONU, l'Union africaine et la Cédéao, exigent la dissolution immédiate du CNRDRE, l'ex-junte malienne, et son retrait immédiat de la gestion de la transition. L'UA va saisir aussi l'ONU pour obtenir son «appui» à une intervention militaire pour aider l'Etat malien à restaurer son autorité dans le Nord, selon les conclusions du sommet de l'UEMOA, le 7 juin à Abidjan. Elle demandera dans les prochains jours au Conseil de sécurité d'autoriser cette intervention africaine.

Soutien aux autorités de la transition malienne, respect de l’intégrité du pays et possible intervention militaire internationale sont les grands principes réaffirmés par la réunion d’Abidjan. Les participants ont mandaté l’Union africaine à saisir l'ONU pour que le Conseil de sécurité autorise une intervention militaire dans le nord du Mali, contrôlé par des groupes armés, dont des islamistes.

Les participants ont affirmé la disposition des différentes organisations et des pays présents à appuyer financièrement l’éventuelle intervention militaire et à apporter une aide logistique.

Le document final indique que les participants ont « affirmé leur volonté d'oeuvrer à la mobilisation rapide d'un appui adéquat des Nations unies », qui passerait par « une requête formelle » de l'UA, fixant le « mandat précis » d'une opération militaire, destinée à rétablir l'intégrité territoriale du Mali.

La réunion a « reconnu la nécessité de mobiliser tous les moyens appropriés, y compris militaires », pour aider l'Etat malien à restructurer son armée et « appuyer les efforts visant à restaurer dans les plus brefs délais possibles son autorité sur le nord du pays ».

Il s'agit aussi, précise le texte, de l'aider à « combattre les groupes terroristes », « criminels » ou autres « dont l'action remet en cause la stabilité et la sécurité du Mali et de la région ». Les participants ont assuré que leurs organisations et pays étaient prêts à apporter un appui notamment « financier » et « logistique » à ces efforts.

Mais la réunion n'a pas précisé les contours, les composantes ni le mandat exact d'une opération militaire dans le nord du Mali, qui constitue les deux tiers du territoire. Et puis l'ONU, l'UA et la Cédéao, Comunauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest, ont aussi « exigé la dissolution immédiate de l'ex-junte malienne. Les trois organisations demandent aux putschistes du 22 mars de se retirer « complètement de la gestion de la transition ».

Réactions

Le gouvernement malien n'est pas opposé à ce que la communauté internationale lui apporte de l'aide, mais il souhaite rester maître de la décision, du calendrier et fixer lui même les contours de la mission qui échoirait à ses partenaires. Hamadoune Touré, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, s'en explique.

Le Mali fait partie de l’Afrique et des Nations unies. Il n’est pas question pour nous de dire que nous ne voulons pas un appui. Mais il y a des conditions à remplir d’abord chez nous. Il nous faut évaluer nos propres capacités, puis en fonction de cela, voir s’il y a besoin d’aide extérieure.
Hamadoune Touré Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement malien 11/10/2013 - par Nicolas Champeaux écouter

 

Ibrahim Boubacar Keita, le président du Rassemblement pour le Mali, n'est pas non plus contre une possible intervention militaire internationale mais pas à n'importe quel prix.

Ces missions doivent bien être explicitées. Ces troupes venant au Mali n'auront pas mission de faire interposition. Ce qui veut dire prendre acte de la partition du pays et la consacrer quelque part. Cela serait pour nous, absolument insupportable. Mais si ceux qui occupent par la force le nord du pays sont butés hors du territoire national, là, il n'y a aucun problème.
Ibrahim Boubacar Keita Le président du Rassemblement pour le Mali 11/10/2013 - par Cyril Bensimon écouter

 

Par ailleurs, le président nigérien Mahamadou Issoufou, interrogé par France 24, notamment sur la crise malienne, est revenu sur les rapports de force existant aujourd'hui au nord du Mali, après l'interruption des relations entre le groupe islamiste Ansar Dine et le MNLA, Mouvement national de libération de l'Azawad. Pour le chef de l'Etat nigérien, c'est clair, ce sont les djihadistes qui dominent le terrain.

Ce sont les djihadistes qui contrôlent la situation au Mali. Les autres forces, qui ont d'autres objectifs, sont très marginales (...) On a des informations sur la présence d'Afghans, de Pakistanais dans le nord du Mali. Ils serviraient de formateurs, ils entraîneraient ceux qui sont recrutés dans les différents pays de l'Afrique de l'Ouest.
Mahamadou Issoufou Le président du Niger 11/10/2013 - par Marc Perelman France 24 écouter

Pour le président du Niger, il faut privilégier la négociation pour restaurer la démocratie et l'intégrité territoriale du Mali. Mais pour Mahamadou Issoufou, une intervention militaire serait légitime si les négociations échouent.

Il y a deux possibilités, soit les négociations, soit la guerre. Si jamais on devrait intervenir au Mali, c'est qu'on aura tout essayé, on aura épuisé toutes les autres solutions avant de recourir à la guerre.
Mahamadou Issoufou Le président du Niger 11/10/2013 - par Marc Perelman France 24 écouter

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.