L'écrivaine Calixthe Beyala nie avoir reçu de l'argent de la part du clan Gbagbo


©

Calixthe Beyala est dans le collimateur de la justice ivoirienne. Celle-ci soupçonne l’écrivaine franco-camerounaise de « recel de fonds volés » et de « blanchiment de capitaux » pour un montant de plus de 131 millions de francs CFA (environ 205 000 euros). Les faits qui lui sont reprochés remonteraient à la crise post-électorale de 2010 et 2011. Selon la justice ivoirienne, Calixthe Beyala aurait perçu cet argent sur ordre d'une fille de Simone Gbagbo, l'ex-première dame du pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.