Republier
Madagascar

Madagascar : affrontements meurtriers entre voleurs de boeufs et gendarmes dans le sud de l'île

A Madagascar, les dahalos, ou voleurs de bœufs, utilisent aujourd’hui des kalachnikovs.
© © Marius Conjeaud/Wikipédia

Au moins six gendarmes ont été tués à Madagascar samedi 9 juin dans des affrontements avec des bandits dans le sud de l’île, une région d’élevage où les voleurs de bœufs opèrent régulièrement dans les localités très reculées. Mais depuis quelques mois, le phénomène inquiète sérieusement les autorités centrales : les accrochages sont violents, les bandits sont de mieux en mieux armés et les zébus volés se comptent en centaines de têtes.

Les dahalos, ou voleurs de bœufs, étaient autrefois équipés de fusils de chasse ou d’armes artisanales. Ils utilisent aujourd’hui des kalachnikovs. C’est ce qu’ont découvert les éléments des forces de l’ordre samedi dernier, dans une commune isolée du Sud face à une centaine de bandits armés.

Selon le lieutenant-colonel Rakotomalala, qui dirige le service des opérations de la gendarmerie nationale, « les militaires et les gendarmes ont voulu faire l’assaut du village des dahalos et les bandits ont résisté avec leurs armes. D’après le témoignage des rescapés il y a eu des morts du coté des forces de l’ordre mais aussi du coté des dahalos ».

Cinq gendarmes et un militaire ont été tués, quatre hommes sont encore portés disparus. Et l’on ignore pour l’instant le nombre de victimes civiles. Ces bandits sont traqués depuis plusieurs semaines. Ils auraient volé près de 3 000 bœufs en un mois.

« C’est vraiment exceptionnel, ajoute le lieutenant,  parce que d’habitude le nombre des bovidés ne se compte pas en centaines mais en dizaines, vingtaines maximum. Mais cette fois-ci ils étaient très très nombreux. Une centaine a été récupérée, mais pas tous».

Des renforts ont été envoyés sur place, certains sont convoyés par hélicoptère, car la région est extrêmement vaste et les routes très peu nombreuses.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.