Le collectif «Sauvons le Togo» lance un appel à la remobilisation de la population - Afrique - RFI

 

  1. 19:10 TU Grand reportage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Sessions d'information
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU La bande passante
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU La bande passante
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Couleurs tropicales
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Couleurs tropicales
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal
  15. 23:10 TU Accents d'Europe
  16. 23:30 TU Journal
  17. 23:33 TU Danse des mots
  18. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  19. 19:30 TU Journal
  20. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  21. 20:00 TU Journal
  22. 20:10 TU Musiques du monde
  23. 20:30 TU Journal
  24. 20:33 TU Musiques du monde
  25. 21:00 TU Journal
  1. 19:10 TU Décryptage
  2. 19:30 TU Journal
  3. 19:40 TU Débat du jour
  4. 20:00 TU Journal
  5. 20:10 TU La bande passante
  6. 20:30 TU Journal
  7. 20:33 TU La bande passante
  8. 21:00 TU Journal
  9. 21:10 TU Radio foot internationale
  10. 21:30 TU Journal
  11. 21:33 TU Radio foot internationale
  12. 22:00 TU Sessions d'information
  13. 22:30 TU Sessions d'information
  14. 23:00 TU Journal
  15. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  16. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Suivez en direct l'évolution de la situation.

fermer

Afrique

Faure Gnassingbé Togo

Le collectif «Sauvons le Togo» lance un appel à la remobilisation de la population

media

Après deux jours de manifestations réprimées à Lomé, la capitale du Togo, l'heure est au bilan de ces confrontations entre le mouvement « Sauvons le Togo » et les forces de l'ordre. Les organisateurs de la mobilisation semblent plus déterminés que jamais et appellent à d'autres manifestations dans les prochains jours. Le gouvernement, lui, semble jouer la carte de l'apaisement.

Lomé est calme depuis mercredi 13 juin, mais la tension demeure et les manifestations sont annoncées encore pour ce jeudi 14 juin. Dans tous les camps, l’heure est au bilan.

Cent dix-neuf blessés du côté des manifestants selon le collectif, 22 dans le camp des forces de l’ordre dont un officier, et bien des dégâts.

L’ordre de réprimer est venu de qui ? Pas de moi, répond Gnama Latta, le ministre de la Sécurité : « Pour ne pas répondre à la violence des manifestants, nous avons essayé de limiter la casse. Donc, la preuve, c’est qu’ils sont restés toute la nuit en train de faire de la musique. Bon, il n’y a pas de problème. Au moins ils sont pacifiques. Ils sont devenus pacifiques, ça va. Mais on n’a jamais donné l’ordre d’aller tirer ! Comment ! Qui peut donner cet ordre ? Surtout pas moi ! ».

Après ces journées de trouble, le collectif « Sauvons le Togo », compte aller plus loin. comme l'exprime Zeus Ajavon, coordinateur du collectif : « Nous avons décidé de demander aux populations de se remobiliser de nouveau. Nous lançons sur l’ensemble du territoire togolais, un mot d’ordre de Togo mort ! ».

Pour les revendications du collectif, Pascal Bodjona, le ministre de l’Administration territoriale répond qu’il y a encore des possibilités de discuter : « On peut faire plusieurs dialogues. Ce n’est pas parce que les autres dialogues auraient échoué, que ceux qui viendront ne nous permettraient pas de réussir ». Pour l’instant, Lomé retient son souffle pour les jours à venir.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.