Algérie : le secrétaire général du FLN aurait évité la destitution


©

A Alger, ce samedi matin 16 juin, au deuxième jour du comité central du Front national de libération, l’ex-parti unique vainqueur des dernières élections législatives, les travaux ont repris. Le secrétaire général du FLN fait face à un important mouvement d’opposition notamment contre sa gestion du parti. Vendredi, les travaux n’ont d'ailleurs pas pu commencer à cause des contestations de ses opposants. Et ce matin, Abdelaziz Belkhadem a, semble-t-il, repris la main, tout au moins en apparence.

Abdelaziz Belkhadem a, semble-t-il, évité la destitution. Ce samedi matin, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) a prononcé son discours d’ouverture des travaux de ce comité central comme si de rien n’était, malgré les tensions qui règnent dans le parti et malgré la très mouvementée journée d’hier.

Selon ses partisans, il a obtenu la confiance de 223 membres, sans vote, mais une liste de soutien a été validée par huissier, disent-ils. Ce matin, Abdelaziz Belkhadem a eu peu de mots pour le mouvement d’opposition qui gronde contre lui : « C’est une opposition ordinaire dans la vie du parti. Le FLN va bien », et de rappeler l’écrasante victoire du parti aux dernières élections législatives.

Mais les frondeurs ne rendent pas les armes : 168 d’entre eux refusent de participer aux travaux et ils continuent de réclamer le départ d’Abdelaziz Belkhadem. Cependant, leur marge de manœuvre paraît désormais réduite.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.