Sécheresse et désertification: les populations du Sahel face aux crises alimentaires


©

Alors que la Journée internationale de la lutte contre la sécheresse et la désertification se déroule ce 17 juin, la saison des pluies débute au Sahel. Pour les agriculteurs des pays sahéliens, la récolte 2011 n’a pas été bonne et les greniers sont déjà vides. En même temps, le prix des céréales monte et la récolte 2012 n’arrivera pas avant la prochaine saison sèche. Autant de menaces pour la sécurité alimentaire.

Pour enrayer l’insécurité alimentaire et anticiper les effets du changement climatique, l’ONG SOS Sahel mise sur le secours d’urgence mais aussi sur l’amélioration des techniques d’agriculture à long terme. Salifou Ouedraogo, directeur exécutif de SOS Sahel au Burkina Faso, explique l'importance des techniques de production agricole pour améliorer le rendement : « Nous reconnaissons que, depuis une vingtaine d’années, en utilisant la technique du zaï (cuvettes de plantation), les cordons pierreux ou la technique de demi-lune, on peut accroître les rendements. Et pour cela, il faut que les productions soient mieux organisées et mieux formées parce que nous constatons, de nos jours, que, sans ces techniques-là, cela va être difficile de pouvoir, un jour, augmenter les rendements au niveau de la production agricole. Ces techniques demandent aussi un minimum de moyens. Il faut environ 200 euros pour pouvoir aménager un hectare de terre. Et cela permet à une famille d’accroître sa production, de deux fois au moins, et de lui permettre de pouvoir répondre vraiment à ces besoins. »

SOS Sahel s’est associée à Action contre la Faim (ACF) pour mener ensemble des projets agricoles sur le long terme et tenter de prévenir les crises alimentaires. Près de trois millions d’enfants sont aujourd’hui en état de malnutrition dans les pays sahéliens.

On n'est pas obligé d'attendre que les enfants soient malades pour intervenir.
Vincent Taillandier
11-10-2013 - Par Agnès Rougier