Pays-Bas : Fatou Bensouda prend ses fonctions à la tête de la CPI


©

La Gambienne Fatou Bensouda prend officiellement ses fonctions ce lundi 18 juin à la tête du bureau du procureur de la Cour pénale internationale, à La Haye. A 51 ans, elle succède à l'Argentin Luis Moreno-Ocampo, arrivé au terme de son mandat de neuf ans. Une Africaine à la tête de la CPI, il n'est pas certain que cela calme la colère de nombreux dirigeants du continent envers une institution très critiquée par l'Union africaine ces derniers temps. La nouvelle procureure a justement de gros dossiers relatifs au continent qu'elle va devoir gérer.

Fatou Bensouda peut d'abord se prévaloir de ce qu'elle est : Africaine et musulmane, mais ce n'est pas tout. Elle a aussi son parcours et son expérience : depuis 2004, elle occupait le poste de procureur-adjoint de la CPI.

Auparavant, elle a travaillé pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda, basé à Arusha, en Tanzanie, après avoir été ministre de la Justice dans son pays, la Gambie. Fatou Bensouda sera peut-être moins médiatique que l'Argentin Luis Moreno Ocampo mais sûrement pas moins déterminée.

Aux détracteurs de la Cour qui l'accusent d'incarner une justice à la solde des Blancs, une justice néocolonialiste, Fatou Bensouda répond que la CPI travaillera toujours pour et avec les victimes en Afrique et ailleurs, avant de citer les examens préliminaires en cours sur la Colombie, l'Afghanistan, la Corée et la Palestine. Lors de sa prestation de serment vendredi, elle a promis d'agir « en toute indépendance et impartialité ».

Sur la table de son bureau, déjà de gros dossiers : celui de l'Ivoiren Laurent Gbagbo ou du Congolais Jean-Pierre Bemba. Celui aussi du Soudanais Omar el-Béchir et du Libyen Seïf al-Islam que la CPI voudrait bien voir arrêtés.

Pour sa part, Sidiki Kabah, président d'honneur de la FIDH, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, estime que si Fatou Bensouda dispose d'atouts indéniables pour faire passer les messages, elle ne doit pas être à ce poste pour faire de la diplomatie.

Fatou Bensouda doit mettre en avant l'idée qu'il n'appartient pas à l'Union africaine de s'opposer à l'exécution d'un mandat d'arrêt d'une cour pénale internationale,(...), que les crimes les plus graves qui ont déstructuré les sociétés africaines, soient punis.
Sidiki Kabah
11-10-2013 - Par Olivier Rogez

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.