Republier
Madagascar

Les zébus victimes de trafics mafieux

A Madagascar, le trafic de zébus fonctionne comme une chaîne dont chaque maillon est un niveau de corruption.
© © Marius Conjeaud/Wikipédia

A Madagascar, les mots « mafia » et « far-west », commencent à être prononcés par des sources proches des autorités pour désigner 150 bandits retranchés dans un village du sud du pays, après avoir abattu six militaires, il y a dix jours. Lundi 18 juin, 200 militaires devaient encercler le village. Le Premier ministre s'est rendu dans la zone ce week-end pour tenter une première médiation. Qui sont ces « dahalos », littéralement « voleurs de zébus » équipés d'armes automatiques qui ont déjà provoqué l'exode de plusieurs centaines de villageois ? Ce banditisme en zone rurale est devenu une véritable industrie mafieuse à Madagascar, qui génère des centaines de milliers d'euros de bénéfices.

Le trafic de zébus à Madagascar fonctionne comme une chaîne dont chaque maillon est un niveau de corruption. Il y a d'abord des vétérinaires agréés par l'Etat, qui vendent « comme des petits pains », selon des sources locales, de fausses boucles d'oreilles permettant de changer l'identité des zébus volés.

Il y a ensuite des délégués administratifs dépendant du ministère de l'Intérieur qui vendent de faux passeports au voleurs de zébus. Des passeports nécessaires à leur transport à travers le pays.

Il y a enfin des gendarmes sur les routes reliant le sud à la capitale qui ferment les yeux sur des camions suspects chargés de centaines de bêtes.

Un zébu castré du sud de Madagascar, coûte environ 200 euros. La bande retranchée actuellement dans le district de Befotaka en aurait volé 3 000, ce qui représente 600 000 euros de gains à la revente.

L'homme à la tête de cette bande, s'appelle Remenabila. Il est né dans ce village, où sa bande a abattu six militaires et il est actuellement retranché avec ses hommes dans un village voisin où serait sa seconde femme et où il aurait, selon des sources locales « un bureau » dans lequel il faudrait « prendre rendez-vous, si on veut lui demander un service ».

Sa bande est armée en partie de kalachnikovs, ce qui est très rare à Madagascar. Selon des sources proches des milieux militaires, ces armes sont en partie louées aux dahalos par les militaires eux-mêmes. Le Premier ministre vient d'ordonner un enquête à tous les niveaux sur les traffics de zébus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.