Republier
Nigeria

Affrontements meurtriers à Damaturu au nord du Nigeria


©

Situation toujours très difficile dans le nord du Nigeria. Damaturu, capitale de l'Etat de Yobé, est touchée à son tour par la violence et placée sous couvre-feu pour 24heures. Selon les autorités nigérianes, les violences ont débuté le 19 juin avec l'arrestation d'un membre présumé de la secte Boko Haram. Ces affrontements entre forces de sécurité et islamistes présumés, ont fait au moins 43 morts en deux jours.

Depuis lundi, Damaturu a pris les allures d'une ville en guerre. Les habitants terrifiés par les explosions et les rafales d'armes automatiques restent cloîtrés chez eux. D'après un responsable de l'hôpital joint par l'AFP, mardi en début de journée, le danger était tel que même les secouristes ne s'aventuraient plus dans les rues pour ramasser les cadavres.

Selon le commandant de la force militaire de l'Etat de Yobé, les affrontements avec des combattants islamistes sont directement liés à l'arrestation d'un membre présumé de Boko Haram. Un couvre-feu a été imposé sur la ville et d'après le colonel Dahiru Abdussalam, les forces de l'ordre étaient hier engagées dans des actions de ratissage :

« Nous sommes actuellement en train de mener une opération de nettoyage de la ville. Nous nous assurons que ces criminels ne puissent plus opérer librement ici. Dans les zones suspectes, nous allons de maison en maison pour retrouver des armes, des munitions et les personnes recherchées ».

Ce n'est pas la première fois que Damaturu bascule dans la violence. En novembre 2011, une série d'attentats de Boko Haram avait fait près de 150 morts. Le mois suivant, de nouvelles attaques des combattants islamistes avaient été suivies par une violente répression des forces de l'ordre.

Les députés nigérians ont demandé hier soir au président Goodluck Jonathan de venir les informer de la situation sécuritaire dans le nord du pays.

A Kaduna où les attentats antichrétiens et les émeutes ont fait 52 morts dans l'Etat du même nom, depuis dimanche, de nouvelles violences ont éclaté mardi.

Un habitant de Kaduna joint par RFI le 19 juin témoigne de la situation.

La police et l'armée sont intervenues sans ménagement. Les forces de l'ordre ont tiré et frappé les jeunes. Le gouverneur a annoncé que le couvre-feu a été prolongé de 24 heures, que tout le monde doit rentrer chez lui.
Marcus
11-10-2013 - Par Cyril Bensimon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.