La justice sud-africaine poursuit le procès de l’affaire Kayumba

Le général Faustin Kayumba Nyamwasa
© AFP/MARCO LONGARI

A Johannesburg, le procès de l'affaire Faustin Kayumba Nyamwasa en juin 2010 va continuer. Il y a deux ans, ce général rwandais échappait à un coup d'Etat en Afrique du Sud. Trois Tanzaniens et trois Rwandais sont mis en cause et malgré les tentatives de leurs avocats pour faire annuler le procès, les auditions vont se poursuivre. Jusqu'ici, les avocats de la défense ont tout tenté pour faire annuler le procès.

Le juge a estimé que le dossier à charge est solide et que toutes les preuves sont recevables. Les avocats des six auteurs présumés de la tentative d'attentat contre le général Kayumba ont tout fait pour que le procès soit annulé pour vice de procédure. Ça n'a pas fonctionné, maintenant la cour de justice va pouvoir interroger les témoins clés sur le fond de l'affaire.

Le 19 juin 2010, le général Kayumba échappe à une tentative de meurtre devant son domicile de Johannesburg. Depuis des mois lors de ce procès fleuve reporté à plusieurs reprises, trois Tanzaniens, trois Rwandais comparaissent. Ils sont accusés d'avoir orchestré et mené l'opération. Tous plaident non coupable.

Lors des prochaines audiences, le juge va aussi peut-être s'avancer sur un autre terrain : celui de savoir si l'attentat contre Faustin Kayumba Nyamwasa a été soutenu par le gouvernement rwandais. Kigali a toujours démenti ces accusations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.