Republier
RDC Rwanda

La RDC dément les défections annoncées par les mutins du M23

Des soldats des FARDC en pleine traque d'une position des rebelles du M23 au Nord-Kivu, le 24 mai 2012.
© AFP /PHIL MOORE

Sept officiers et plus de 150 hommes. Ces militaires auraient rejoint la mutinerie du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo. C'est en tout cas ce qu'ont affirmé les mutins du Mouvement du 23 mars du colonel Mackenga. Une mutinerie que l'armée congolaise affronte depuis plus d'un mois dans la province du Nord-Kivu. A Kinshasa, les autorités démentent ces nouvelles défections.

Le porte-parole du M23, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, affirme que plus de 150 hommes de troupe de l’armée régulière FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) et sept officiers ont rejoint la mutinerie dans la seule journée d’hier. « Trois lieutenants-colonels et quatre majors », précise-t-il. « Il sont venus avec leurs armes et beaucoup de munitions. Dans leur arsenal, il y a même des missiles anti-aériens », ajoute le porte-parole des mutins.

« C’est de la pure propagande », répond le ministre porte-parole du gouvernement à Kinshasa. Selon Lambert Mende, « le M23 essaie de faire croire qu’il fait recette, la réalité est tout autre ». Selon Lambert Mende, sur les 4 000 FARDC issus de l’ex-mouvement rebelle CNDP (Congrès national pour la défense du peuple), seuls 400 ont fait défection au début de la mutinerie, et sur ces 400, deux cent quarante seraient rentrés dans le rang. Les troupes du M23 sont, selon lui, maintenant essentiellement constituées de nouvelles recrues rwandaises.

Le gouvernement à Kinshasa accuse également le M23 de se livrer à des assassinats ciblés d’officiers qui refusent de les rejoindre; et que ce serait le cas pour le lieutenant-colonel tombé dans une embuscade près de Goma la semaine dernière.

 

Soutien de Kigali au M23 ?

La RDC accuse les Etats-Unis de chercher à empêcher la publication d’un rapport de l’ONU pour protéger le Rwanda. Ce rapport met en cause Kigali dans le soutien aux groupes armés et aux rebelles du M23 dans le Kivu et provoque un malaise à New York où sa publication a été retardée.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Ce rapport d’experts chargés de surveiller l’embargo sur les armes vers la RDC n’a pas encore été publié, mais il fait déjà polémique. Il contient en annexe le témoignage d’officiels rwandais qui détaillent le soutien de leur pays aux rebelles dans la région du Kivu, Nord et Sud. Des accusations déjà relayées par plusieurs organisations, dont Human Rights Watch à New York, mais ce rapport leur donne le poids de l’ONU. Selon plusieurs sources, les Etats-Unis ont cherché sinon à bloquer tout au moins à retarder cette publication pour protéger le Rwanda.

Devant la manœuvre, les diplomates congolais ont choisi de faire du bruit et d’alerter la presse. L’affaire a pris de l’ampleur à l’ONU. Les diplomates américains jurent qu’ils n’ont jamais eu l’intention de bloquer ce rapport. Il n’empêche : selon nos informations, le rapport sera bien publié la semaine prochaine mais sans les annexes accusant le Rwanda qui seront rendues publiques après un droit réponse de Kigali.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.