Le Rwandais Faustin Kayumba s'explique sur les raisons de son exil en Afrique du Sud

Faustin Kayumba Nyamwasa.
© AFP/MARCO LONGARI

L'ancien chef d'Etat-major rwandais Faustin Kayumba Nyamwasa témoigne ce jeudi 21 juin pour le deuxième jour au procès de six hommes accusés d'avoir tenté de l'assassiner en 2010 devant son domicile de Johannesburg en Afrique du Sud.

Faustin Kayumba a expliqué à la Cour pourquoi en février 2010 il a décidé de fuir le Rwanda et de trouver refuge en Afrique du Sud.

Ancien chef d’Etat-major de l’armée rwandaise, il était à cette époque ambassadeur en Inde. Il était revenu au Rwanda pour les obsèques de sa mère et pour assister à une réunion du FPR, le parti au pouvoir. Une réunion qui n’avait pas d’autre but que de le harceler, raconte-t-il. Il a alors craint d’être arrêté en raison de ses désaccords avec le FPR, et redoutait de ne pas avoir un procès équitable.

Un homme l’a aidé dans sa fuite, Richard Bachisha : « J’avais toute confiance en lui, se rappelle le général. Un mois plus tard, il m’a contacté pour me demander si je pouvais l’accueillir en Afrique du Sud parce qu’il se sentait menacé par les services de renseignements rwandais ».

Richard Bachisha est alors devenu à Johannesburg le chauffeur du général Kayumba. Il vivait chez lui et ils regardaient parfois la télévision ensemble. Pourtant, aujourd’hui, Richard Bachisha est sur le banc des accusés, soupçonné d’avoir pris part à cette tentative d’assassinat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.