Mali: le couple fouetté en public à Tombouctou s'est marié, selon Ansar Dine


©

Cent coups de fouet : c'est la punition infligée à deux jeunes gens à Tombouctou, au nord du Mali, pour avoir entretenu une relation et avoir eu un enfant hors mariage. La scène s'est déroulée ce mercredi 20 juin au matin au centre-ville, devant de nombreux habitants. A l'origine de ce châtiment : le groupe islamiste Ansar Dine, qui entend «appliquer la charia». Retour sur l'histoire de Hamaradane et de sa fiancée Zebou, qui se sont mariés mercredi soir, comme le rapportent les islamistes d'Ansar Dine.

Il y a deux jours, Hamaradane 23 ans cuisinier au chomage, est arrêté devant la maison de sa fiancée Zebou. Joint par RFI, il assure avoir été dénoncé pour adultère et raconte avoir passé 48 h au siège de la police islamique. Un cadi, un juge traditionnel, condamne alors les deux jeunes gens à 100 coups de fouet.

Un châtiment infligé mercredi, en public, comme le raconte ce témoin : « ils ont été amené sur la place ; on les a mis devant les gens. Ils n’ont pas été déshabillés, ils sont restés avec leur tenue et on a commencé à administrer à chacun d’eux cent coups de cravache

Un reporter de la télévision nationale malienne a filmé la scène. Les habitants aussi sont venus nombreux, informés par un message diffusé sur radio Bouctou désormais controlée par les islamistes. Cet homme était sur place, curieux comme beaucoup d'autres, explique t-il : « Les gens sont curieux parce qu’on n’a jamais vu ça dans notre ville ! On vient pour voir si c’est vrai ! Notre ville est une ville laïque, ce n’est pas une ville de charia.»

Un châtiment pour l'exemple

Ansar Dine a voulu faire de ce couple un exemple. L'adultère n'est pas permis dit le représentant du mouvement islamiste à Tombouctou, Sanda ould Boumama, qui se réfère au Coran : « Pour nous la charia doit être appliquée, que la population l’accepte ou pas, on va l’appliquer. On ne demande pas l’avis de qui que ce soit. Nous ne sommes vraiment pas démocrates. »

Les islamistes d’Ansar Dine étaient, mercredi soir, fiers d'annoncer que Hamaradane et  sa fiancée Zebou s'étaient mariés en fin de journée. Ils sont désormais libres et échappent à l'obligation d'avoir à quitter la ville pendant un an. Le cadi qui a célébré leur union est celui qui avait puni les deux jeunes gens.