La Cédéao veut renforcer la sécurité des routes de commerce et de migrations

La Cédéao réfléchit aux moyens de sécuriser les routes et les passages aux frontières, où les migrants doivent souvent verser des pots-de-vin aux douaniers.
© Linda Whitwam

En Côte d’Ivoire, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), a tenu une réunion le lundi 25 juin à Abidjan sur le thème de la libre circulation des personnes et des biens au sein de l'espace sous régional africain. Une réunion technique en présence de quatre ministres sur quinze, dont les attributions contiennent un aspect de la sécurité : les ministres de la Gambie, du Liberia, du Mali et de la Sierra Leone. Les populations ouest-africaines qui voyagent, que ce soit à l’intérieur de leur pays ou pour traverser une frontière, font face à des tracasseries au quotidien.

La circulation des personnes et des biens en Afrique de l’Ouest est difficile, parfois même impossible. Hamid Ahmed, le commissaire chargé du commerce, des douanes et de la sécurité, en a fait le constat. En cause : des tracasseries humaines, mais aussi le manque de routes en bon état : « Aujourd’hui, la circulation nous cause des dommages économiques et sociaux énormes parce que, d’une part notre terrain n’est pas favorable à ces créations, nous n’avons pas de bonnes routes, il y a des intempéries. Mais en sus de cela, vous avez le comportement de certains agents de l’Etat, notamment ceux chargés des questions de sécurité. Quand vous vous déplacez, on vous met dans la queue et on vous fait attendre pendant longtemps. On regarde la carte d’identité, on la tourne, on la retourne, on lit, on relit. En fait, on fait perdre du temps. Soit vous vous énervez, soit vous donnez de l’argent pour aller plus vite. »

Un vieux problème dans presque tous les pays de la région, véritable frein à l’activité économique. Le fléau des racketteurs sur les postes de douanes, les barrages routiers et autres, va perdurer, selon le commissaire Hamid Ahmed pour qui l’exemple vient d’en haut : « Le racket, ce n’est pas seulement les policiers et les gendarmes qui le font. Ca existe même dans les ministères, j’ai été fonctionnaire dans les ministères. De février à aujourd’hui, j’ai eu des problèmes dans les aéroports. ».

Certains pays membres de la Cédéao ont déjà pris des mesures de lutte contre le racket. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, des mesures qui ont juste permis de légères améliorations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.