Des experts de l’ONU affirment avoir les preuves du soutien du Rwanda aux rebelles congolais - Afrique - RFI

 

  1. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Musiques du monde
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:33 TU Musiques du monde
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Musiques du monde
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Musiques du monde
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Si loin si proche
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Si loin si proche
  16. 22:00 TU Journal
  17. 22:10 TU Archives d'Afrique
  18. 22:30 TU Journal
  19. 22:40 TU Archives d'Afrique
  20. 23:00 TU Journal
  21. 23:10 TU Atelier des médias
  22. 23:30 TU Journal
  23. 23:33 TU Atelier des médias
  24. 18:10 TU Dimanche politique
  25. 18:30 TU Journal
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Orient hebdo
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Le club RFI
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Archives d'Afrique
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Archives d'Afrique
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  15. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Joseph Kabila Paul Kagame RDC Rwanda

Des experts de l’ONU affirment avoir les preuves du soutien du Rwanda aux rebelles congolais

media Deux soldats du M23 opérant au Nord-Kivu, le 3 juin 2012. Photo AFP/Mélanie Gouby

Le Rwanda a bel et bien violé un embargo sur les livraisons d'armes en aidant les rebelles de l'est du Congo, c'est ce qu'affirment les experts de l'ONU, qui assurent disposer de preuves accablantes que des gradés de l'armée rwandaise fournissent armes, recrues et ravitaillement aux mutins du M23. Le Rwanda avait par avance démenti lundi toute aide aux rebelles congolais.

Les experts de l'ONU qui travaillent sur le rapport depuis la fin 2011 sont formels : ils disposent de preuves accablantes de l'implication de l'armée rwandaise aux côtés des soldats mutins du M23.

Selon l'ONU, des officiers rwandais de haut rang ont fourni une aide directe à la création du mouvement rebelle, en apportant à la fois des armes, des soldats et des jeunes recrues. Par ailleurs selon les experts, les responsables rwandais sont aussi impliqués dans l'octroi d'un soutien politique et financier au M23.

Le rapport, ainsi que ses annexes, ne devait pas être rendu public avant la fin août mais la RDC a multiplié les accusations, notamment envers les Etats-Unis soupçonnés de vouloir protéger leur allié rwandais. Finalement, ces accusations ont conduit le Conseil de sécurité à accélérer le processus de divulgation du texte.

Côté Rwandais, on a par avance démenti les conclusions du rapport. Lundi, la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo a affirmé que son pays ne soutenait en aucune façon les rebelles de l'est du Congo. Hier, elle déplorait le fait que ce rapport encore partiel ait été divulgué sans que Kigali ait pu apporter ses réponses.

Quant à son homologue congolais, Raymond Tshibanda, il attend maintenant que l'ONU tire toutes les conclusions de ce rapport et prenne ses responsabilités pour, dit-il, que le soutien rwandais aux rebelles prenne fin.

La RDC exige le respect par tous des règles établies pour la bienséance entre les Etats et la cohabitation pacifique.
Raymond Tshibanda Ministre congolais des Affaires étrangères 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

 

Le rapport qui a failli rester secret

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Il aura fallu plusieurs semaines d’hésitation avant que le Conseil de sécurité n’accepte de publier ce document. Le groupe d’experts de l’ONU affirme disposer de « preuves accablantes » du soutien rwandais aux rebelles du M23 dans l’est de la RDC.

Cette mise en cause aurait pu rester confidentielle, si les diplomates congolais n’avaient pas alerté la presse. Une fois l’affaire au grand jour, les Etats-Unis ont finalement levé leurs réticences. Il était impossible de couvrir ce qui apparaît comme une violation flagrante de l’embargo sur les armes imposé par les Nations unies.

Le Rwanda dénonce une « hystérie médiatique » et promet de répondre à ce rapport. Les accusations sont embarrassantes, mais les conséquences aux yeux de l’ONU seront limitées.

La RDC va déposer une plainte devant le comité des sanctions qui a peu de chances d’aboutir. Dans une résolution adoptée le 27 juin sur la Monusco, le Conseil de sécurité condamne le « soutien extérieur à tous les groupes armés » en RDC mais s’abstient de citer nommément le Rwanda.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.