Nord du Mali : Gao est aux mains des islamistes

Les islamistes ont pris Gao après cinq heures de combat.
© AFP PHOTO / ROMARIC OLLO HIEN

Le gouvernorat de la ville de Gao - qui servait de quartier général à la rébellion touarègue du MNLA - a été pris ce mercredi 27 juin par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) après cinq heures de combats. Les affrontements ont éclaté au lendemain de violentes manifestations d'habitants de Gao indignés par l'assassinat lundi du conseiller municipal Idrissa Oumarou. Selon des témoins, en fin d'après-midi, la ville est aux mains des islamistes.

D'intenses combats ont eu lieu mercredi à Gao, les premiers vrais affrontements directs entre le MNLA et les groupes islamistes de la ville. Le quartier général du MNLA a été vidé et pillé et à l'issue de la journée, les islamistes contrôlaient toute la ville, une sévère défaite pour les rebelles touaregs. Les tirs ont éclaté en milieu de matinée et se sont poursuivis toute la journée.

« Gao est aux mains du Mujao maintenant, a déclaré un témoin joint en fin d’après-midi par RFI. Ils n’ont pas encore fait flotter le drapeau sur le gouvernorat mais ils ont enlevé le drapeau du MNLA. La situation est un peu dramatique parce que de l’artère du gouvernorat jusqu’au niveau du commissariat, il y a des cadavres qui jonchent la route. Je ne peux pas exactement dire combien il y a eu de morts ».

Très grande inquiétude

« Il y a eu également des dégâts matériels, a ajouté ce témoin. Ils ont saccagé le gouvernorat parce que c’était le site du MNLA. Ils ont saccagé les bureaux de l’ADN, l’Agence du développement du Nord. Cela a donné l’occasion à des bandits, à des badauds de se livrer à des pillages. Les chaises, les tables, les lits, tout ce qu’il y avait comme matériel, les ordinateurs, même les climatiseurs ont été pris. »

« La situation est vraiment chaotique, a-t-il poursuivi. On est vraiment inquiets car on ne sait pas ce qui peut se passer d’un moment à l’autre, surtout dans le courant de la nuit. D’aucuns disaient que certains responsables du MNLA sont partis pour aller chercher du renfort mais on ne sait vraiment pas à quoi s’attendre d’ici au soir. Les gens sont vraiment inquiets et ne sortent pas de chez eux ».

Bilal Ag Cherif blessé

Bilal Ag Cherif, le secrétaire général du MNLA, aurait été blessé lors des combats ce mercredi 27 juin et évacué à l'étranger. C'est ce qu'indique du moins ce mercredi soir une source sécuritaire dans la région citée par l'AFP. Jointe par RFI, une source au sein du MNLA confirme la présence de Bilal Ag Cherif à Ouagadougou, au Burkina Faso, mais selon elle, le dirigeant rebelle aurait été blessé hier dans un simple accident. Pas plus de précision à l'heure actuelle sur l'état de santé du leader touareg.

La tension était vive ces derniers temps entre le MNLA, mouvement laïc qui a déclaré unilatéralement l'indépendance du nord du Mali, et les islamistes dont l'objectif proclamé n'est pas l'indépendance du nord, mais l'application de la charia (loi islamique) dans tout le Mali. Depuis fin mars-début avril, le nord du Mali est tombé aux mains des groupes armés islamistes que sont le Mujao et Ansar Dine (« Défenseurs de l'islam »), soutenus par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du MNLA et de divers autres groupes criminels.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.