Nord du Mali: après des affrontements meurtriers, un calme précaire règne à Gao


©

La ville de Gao a retrouvé son calme ce jeudi 28 juin après une journée de combats et de violence, hier, entre les islamistes du Mujao et les Touaregs du MNLA. Aujourd'hui, les jihadistes du Mujao ont pris le contrôle total de la ville, repoussant à l'extérieur les combattants du MNLA. Le bilan des combats s'élève à plusieurs dizaines de morts.

Il est encore difficile de donner un bilan plus précis que celui de plusieurs dizaines de morts et de très nombreux blessés. En réalité, pour le moment, le seul chiffre fiable et officiel est celui donné par le Comité international de la Croix-Rouge, présent à l'hôpital de Gao, où 29 blessés sont pris en charge, parmi lesquels des civils. Une autre source hospitalière assure qu'il y a au moins trois morts à la morgue de l'établissement.

Concernant  la situation plus générale dans la ville, le calme est revenu. Les islamistes sont présents dans les rues et dans les quartiers, ils circulent à bord d'engins militaires, lourdement armés. Les drapeaux noirs des salafistes flottent un peu partout, notamment au gouvernorat occupé jusqu'hier par le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) et le gouvernement transitoire de l'Azawad. Le climat est donc lourd, comme le décrit cet habitant, joint ce matin par RFI :

« La situation à Gao est très tendue. La ville est entièrement occupée et quadrillée par les islamistes, les gens de Ansar Dine. Il ont dû m’arrêter jusqu’à deux fois pour me demander mon identité, où je vais, ce que je cherche en ville. Ils contrôlent les artères principales. Comme j’étais dans un 4x4, ils m’ont demandé deux fois où j'allais, qui je suis. Je n‘ai pas croisé de membres du MNLA puisque, jusqu’à présent, la chasse aux membres du MNLA continuait ce matin encore. A part ça, c’est calme dans l’ensemble. On est très inquiet parce qu'on sait que le MNLA est tout autour de la ville et on s’attend, évidemment, à une offensive du MNLA. »

La chasse à l'homme, lancée hier soir par les moudjahidines, continue. Selon plusieurs sources, les maisons, occupées jusque-là par le MNLA ou ses sympathisants, sont systématiquement visitées. Des arrestations de civils, et notamment d'enfants, ont également eu lieu.

Le sentiment des habitants, tel que nous l'ont rapporté plusieurs témoins, oscillent entre la peur et le ras-le-bol : un responsable songhais m'avouait que les islamistes et le MNLA auraient dû régler leur compte loin de la ville, et laisser les populations tranquilles.

Mais il y a aussi des habitants qui ne cachent pas leur joie de voir le MNLA chassé hors de Gao.

D'autres s'interrogent enfin sur la présence du Croissant-Rouge du Qatar, cette semaine, au moment où ont éclaté ces combats. Cette délégation assure être venue apporter une aide humanitaire. Certains en doutent, voyant, dans cette présence, un soutien à peine voilé aux moudjahidines.