Aqmi, Mujao, MNLA : un rapport de force complexe


©

Au Mali, une semaine après les affrontements de Gao, la situation est complexe entre les différents groupes armés. Si Iyad Ag Ghali, le numéro un d'Ansar Dine cherche à montrer, médiatiquement, qu'il prend ses distances avec Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et le Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), le MNLA (Mouvement national pour la libération de l'Azawad) tente, lui, de se reformer.

Le mot d’ordre : faire profil bas. Sur le terrain, les troupes du MNLA ont reçu des consignes : « Se réunir mais rester discret. » Obligés de se replier suite aux combats, les hommes de Gao sont désormais à 30 kilomètres au sud-est de la ville. Ceux de Tombouctou, 200 combattants environ, ont rejoint la zone de Léré, non loin de la frontière mauritanienne.

J’ai la conviction profonde que le Conseil de sécurité va prendre une résolution allant dans le sens d’une intervention dans le Nord-Mali.
Assarid Imbarkaouane
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Si un cadre du MNLA parle de repli stratégique, sur le terrain, un chef de guerre reconnaît : « Nous sommes moins puissants, moins armés, moins formés que les jihadistes mais nous préparons notre matériel. Il n'y a pas d'urgence. » Une fois de plus, moins affrété militairement, le MNLA cherche à éviter le conflit : « Nous réagirons seulement si nous sommes attaqués », affirme un cadre du mouvement qui ajoute « Mujao, Aqmi, Ansar Dine c'est désormais la même chose ».

S'il est difficile de connaître les liens militaires réels entre Iyad Ag Ghali et les groupes Aqmi et Mujao, le leader d'Ansar Dine cherche en tout cas à se démarquer « médiatiquement » des terroristes.

Ainsi, il en est fini du noir : le groupe islamiste est désormais représenté par un drapeau blanc marqué par une arme automatique, un sabre et un Coran. Obligé de jongler entre Aqmi et les hommes de sa région, le leader islamiste d'Ansar Dine a apparemment perdu toute crédibilité depuis les affrontements de Gao : « C'est un Touareg, mais c'est désormais notre pire ennemi, il nous a trahis », affirme un doyen du MNLA.

De son côté, le leader du MNLA, blessé dans les affrontements, a été héliporté au Burkina Faso, où il est soigné depuis une semaine. Son état s'améliore, explique le ministre des Affaires étrangères burkinabè, Djibril Bassolé, qui précise que son pays n'a pas tenu compte de considérations politiques pour accueillir Bilal Ag Achérif.

C'est vraiment pour une raison humanitaire que nous avons accepté que Bilal soit héliporté au Burkina.
Djibril Bassolé
11-10-2013 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.