Angola : Human Rights Watch alerte sur les arrestations arbitraires à l'approche des élections


©

En Angola, à l'approche des élections parlementaires du 31 août, le climat se tend. Les anciens combattants de la guerre civile se font de plus en plus entendre pour dénoncer leurs conditions de vie misérables et réclamer le paiement de leur pension, dans un pays dont l’économie explose grâce aux revenus du pétrole. Mais le gouvernement a répondu par les arrestations. Une trentaine de ces anciens combattants sont toujours sous les verrous. Une situation que dénonce l'ONG Human Rights Watch (HRW) pour qui le pouvoir veut museler toute contestation.

La récente série d’abus contre les manifestants est un signe alarmant dirigé par le gouvernement angolais contre toute contestation pacifique. D’après nos recherches, au moins 28 anciens militaires sont maintenus en détention provisoire sans accès à un avocat ni à leurs proches depuis les manifestations de juin pour le paiement de leurs primes et retraites. (…) On ne peut pas avoir des élections libres et transparentes quand la liberté d’expression et d’association est bafouée.
Reed Brody
10-10-2013 - Par RFI