Republier
RDC

RDC : révélations dans l’affaire Chebeya


©

C'est un témoignage inédit qui pourrait relancer l'affaire Chebeya en République démocratique du Congo. Le réalisateur belge Thierry Michel, auteur du film « L’Affaire Chebeya : Crime d’Etat ? », refoulé dimanche à l’aéroport de Kinshasa, a présenté mardi 10 juillet 2012, dans une conférence de presse au Parlement européen à Bruxelles, le témoignage compromettant d'un policier qui dit avoir assisté à l'assassinat du directeur de l'ONG La Voix des sans voix, retrouvé mort le 1er juin 2010.

Dolly Ibéfo Mbunga
11-10-2013 - Par Olivier Rogez
Lambert Mendé
11-10-2013 - Par Olivier Rogez

Paul Mwilambwe, jugé par contumace au procès Chebeya et en fuite dans un pays d'Afrique, met en cause directement le chef de la police John Numbi dans les entretiens qu'il a pu avoir avec le réalisateur belge via internet, la dernière interview datant d'il y a seulement quelques jours. Son témoignage, qui doit être pris avec toutes les précautions d'usage, éclaircit de nombreuses zones d'ombre.

Paul Mwilwambwe est formel : le donneur d'ordre est le patron de la police. C'est lui, John Numbi, qui promet 500 000 dollars au major Christian Ngoy en échange de l'élimination de Floribert Chebeya.

Au moment des faits, Paul Mwilambwe se trouve à l'inspection générale de la police, où a été convoqué le défenseur des droits de l'homme. Il s'entretient avec lui avant d'assister à son assassinat, dit-il, depuis son bureau, via les caméras de surveillance. Il voit Floribert Chebeya se faire étouffer par des sacs en plastique scotchés sur la tête.

Le procès reprend le 17 juillet

Cela rejoint beaucoup d'autres témoignages anonymes.
Thierry Michel, réalisateur de «L’Affaire Chebeya : Crime d’Etat ?»
11-10-2013 - Par Joana Hostein

Paul Mwilambwe se déplace, il trouve Floribert à l'agonie et son chauffeur tué un peu plus tôt. Le policier assure que le corps de Fidèle Bazana sera ensuite déshabillé, enveloppé dans un imperméable militaire puis enterré dans une fosse commune. Il indique le lieu avec précision.

Paul Mwilambwe assure qu'on a voulu faire taire Floribert Chebeya parce qu'il détenait des informations sur les massacres des adeptes de la secte Bundu dia Kongo, perpétrés par des policiers en 2007 et 2008. Des informations qu'il avait l'intention de transmettre au roi Albert II à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance.

Un témoignage qui reste à valider. Le procès en appel des accusés dans l'affaire Chebeya doit reprendre mardi 17 juillet. Le tribunal doit alors statuer sur la demande des parties civiles de voir John Numbi comparaitre comme prévenu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.