Mali : le MNLA perd le Nord

Après avoir perdu leur dernier bastion, les combattants du MNLA réorganiseraient leurs troupes dispersées.
© © Al-Jazeera

Les groupes islamistes contrôlent désormais l'ensemble des villes du nord du Mali. Mercredi 11 juillet, les combattants du Mujao ont évincé ceux du MNLA de la localité d'Ansongo, située à une centaine de kilomètres de Gao. La défaite du mouvement indépendantiste s'explique notamment par plusieurs erreurs tactiques et un rapport de force déséquilibré. Mais les Touaregs n'ont pas dit leur dernier mot.

En six mois, le MNLA est passé du statut de premier rôle à celui d'acteur secondaire dans le nord du Mali. Les indépendantistes touaregs, qui avaient déclenché les hostilités en janvier, n'ont peut-être pas dit leur dernier mot, mais ils sont aujourd'hui totalement supplantés par leurs rivaux islamistes.

Le MNLA n'est pas mort, il est en phase de reconstitution

Baye Ag Diknan, officier du MNLA et membre du conseil de transition de l'Azawad
13-07-2012

Les difficultés logistiques, le manque de munitions, les exactions commises par certains de ses combattants, la plus grande détermination et les moyens financiers des salafistes expliquent cette perte d'influence mais pas seulement. En déclarant unilatéralement l'indépendance de l'Azawad, puis en formant son gouvernement provisoire, le MNLA a tenté un pari politique qui l'a privé de tout support extérieur. Ses hésitations quant à la conduite à tenir vis-à-vis des groupes islamistes ont fini de le discréditer.

Une contre-offensive pour reconquérir les territoires perdus semble aujourd'hui improbable. Mais selon plusieurs sources, les indépendantistes touaregs sont désormais en train de réorganiser leurs troupes dispersées au nord du Mali. Toute la question est de savoir dans quel but. Dans la région, certains intervenants, notamment au Burkina, ont tiré un trait sur le MNLA pour privilégier la négociation avec Iyad Ag Ghali, le leader d'Ansar Dine, qui apparaît comme le nouvel homme fort de la région. Des pays, comme le Niger ou la Mauritanie, considèrent en revanche que le MNLA, s'il revient sur sa déclaration d'indépendance, peut encore servir de fer de lance dans la reconquête des territoires désormais sous contrôle des salafistes armés.

Même si les gens s'étaient arrêtés et que nous avions fait trois mois d'études, nous n'aurions pas pu les rattraper

Les élèves du nord du Mali passent leur bac malgré la suspension des cours
13-07-2012 - Par Charlotte Idrac

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.