Trois crises majeures à l'agenda du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba

Poignée de mains entre le président du Soudan Omar el-Béchir (G) et celui du Soudan du Sud Salva Kiir, à Addis-Abeba, le 14 juillet 2012.
© Photo AFP/Jenny Vaughan

Les chefs d'Etat africains, réunis à Addis-Abeba en Ethiopie depuis ce dimanche 15 juillet, assurent qu'ils sont prêts à contribuer à une force de paix régionale dans l'est de la République démocratique du Congo. Ils se sont également penchés sur la situation sécuritaire au Mali et dans l'ensemble du Sahel. Les délégations ont par ailleurs assisté à une poignée de main vigoureuse et inattendue entre les présidents des deux Soudans, et à un début de dialogue. Trois dossiers brûlants pour ce sommet de l’Union africaine.

Avec notre envoyé spécial à Addis-Abeba, Jean-Karim Fall

Le continent doit faire face à de graves défis dans le domaine de la paix. C’est le constat de Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine qui s’inquiète de la multiplication des conflits : Soudans, Mali, République démocratique du Congo, la liste est longue. Plusieurs acteurs des crises actuelles se sont d’ailleurs déplacés à Addis-Abeba.

Jean Ping a annoncé que l’Union africaine était disposée à envoyer des troupes dans l’Est du Congo pour participer à une force régionale afin de contrecarrer les desseins des rebelles du M23. Cette proposition, dont les contours sont flous, devrait être discutée dans le courant de l’après-midi de ce dimanche à Addis-Abeba, lors d’un sommet rassemblant les pays des Grands lacs.

Les deux principaux acteurs de la tragédie qui se joue actuellement dans les Kivus ont fait le déplacement : le Rwandais Paul Kagame et le Congolais Joseph Kabila. Ce dernier s’est d’ailleurs entretenu dans la matinée avec le « Monsieur Afrique » de la Maison Blanche, Johnnie Carson.

Jean Ping, sur le terrorisme
15-07-2012 - Par Jean-Karim Fall

Jihadisme africain

Aux rébellions classiques, l’Afrique est également confrontée à une nouvelle menace que le Gabonais Jean Ping a qualifiée de jihadisme africain. Celui-ci s’articule, selon lui, autour d’al-Qaïda au Maghreb islamique, de Boko Haram au Nigeria et des shebabs en Somalie.

Autre sujet sensible abordé, celui des tensions entre le Soudan et le Soudan du Sud. Et sur ce dossier, les discussions avancent : les deux présidents soudanais ont déjà commencé à dialoguer, dès hier soir, samedi 14 juillet, dans un grand hôtel de la place.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.