Français et Algériens toujours partagés sur une intervention militaire au Mali - Afrique - RFI

 

  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Autour de la question
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Autour de la question
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU Priorité santé
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU Priorité santé
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:10 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Journal
  19. 04:34 TU Sessions d'information
  20. 04:40 TU Accents d'Europe
  21. 05:00 TU Journal
  22. 05:15 TU Sessions d'information
  23. 05:30 TU Journal
  24. 05:34 TU Sessions d'information
  25. 05:37 TU Grand reportage
  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Couleurs tropicales
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Couleurs tropicales
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU Priorité santé
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU Priorité santé
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:10 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Sessions d'information
  19. 05:00 TU Journal
  20. 05:15 TU Sessions d'information
  21. 05:30 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information

Dernières infos

  • Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) annoncent un cessez-le-feu unilatéral, pour une durée indéterminée
  • Rapprochement Etats-Unis et Cuba : le Mercosur salue «une rectification historique»
fermer

Afrique

Abdelaziz Bouteflika Algérie Laurent Fabius Mali Terrorisme

Français et Algériens toujours partagés sur une intervention militaire au Mali

media

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius était en visite à Alger, ce dimanche 15 juillet. Le chef de la diplomatie a été reçu par son homologue Mourad Medelci pour des entretiens qui ont été dominés par la crise malienne. Lors de leur conférence de presse conjointe, le ministre algérien a d'ailleurs confirmé la libération de trois des sept otages enlevés au consulat algérien de Gao, le 5 avril dernier.

Le ministre des Affaires étrangères algérien a d’abord confirmé la libération de trois des sept Algériens enlevés par le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) à Gao, au mois d’avril dernier. Mourad Medelci n’a pas précisé si le consul algérien faisait partie de ce groupe ni pourquoi Alger avait attendu trois jours pour prendre la parole sur ce dossier.

Puis, le ministre a surtout réaffirmé la position algérienne sur la crise malienne, à savoir que l’intervention militaire est exclue pour le moment : « Je crois que, dans tous les cas de figure, la solution du Mali est entre les mains des Maliens. Nous devons donc travailler, grâce à un dialogue politique, à l’effacement de cette frontière et au rétablissement de la convivialité dans les rapports entre Maliens. »

Côté français, officiellement, les positions n’ont pas bougé. Laurent Fabius avait déclaré que l’usage de la force serait une solution probable, et ce dimanche soir, il a rappelé que l’intervention militaire ne pouvait pas être écartée : « Si - ce qui est à craindre -, le terrorisme se maintient, il faudra traiter, selon les voies adaptées, ce terrorisme qui est dangereux pour tout le monde. »

Laurent Fabius doit rencontrer ce lundi le président Abdelaziz Bouteflika, l’occasion de voir si les relations entre Paris et Alger sont aussi bonnes que le ministre le voudrait.

Par ailleurs, lors de cette conférence de presse, le ministre algérien des Affaires étrangères a aussi évoqué les relations avec le voisin marocain, « apaisées » et « en train de se reconstruire » selon lui.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.