Pour Cheik Modibo Diarra, «un gouvernement national est désormais possible» - Afrique - RFI

 

  1. 11:32 TU Internationales
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Sessions d'information
  4. 12:30 TU Journal
  5. 12:33 TU Sessions d'information
  6. 12:40 TU Littérature sans frontières
  7. 13:00 TU Journal
  8. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  9. 13:30 TU Journal
  10. 13:33 TU Le coq chante
  11. 14:00 TU Journal
  12. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  13. 14:30 TU Journal
  14. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  15. 15:00 TU Journal
  16. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  17. 15:30 TU Journal
  18. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  19. 16:00 TU Journal
  20. 16:10 TU Idées
  21. 16:30 TU Journal
  22. 16:33 TU Idées
  23. 17:00 TU Journal
  24. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  25. 17:30 TU Journal
  1. 11:32 TU Internationales
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  4. 12:30 TU Sessions d'information
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Littérature sans frontières
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Le coq chante
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Musiques du monde
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Musiques du monde
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Musiques du monde
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Musiques du monde
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Idées
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Idées
  21. 17:00 TU Journal
  22. 17:10 TU Carrefour de l'Europe
  23. 17:30 TU Journal
  24. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  25. 18:00 TU Journal
fermer

Afrique

Blaise Compaoré Cédéao Cheick Modibo Diarra Dioncounda Traoré Mali Union africaine

Pour Cheik Modibo Diarra, «un gouvernement national est désormais possible»

media

Le Premier ministre malien Cheik Modibo Diarra s’est adressé à la nation, lundi 16 juillet au soir, au retour d’un déplacement au Niger, au Sénégal et en France. Dans une déclaration lue à la télévision nationale, Cheik Modibo Diarra a notamment annoncé qu’il avait achevé sa feuille de route de sortie de crise. Il va désormais engager des consultations en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale. C'est ce qu'ont exigé la Cédéao et le Conseil de paix de l’Union africaine.

Beaucoup reste à faire, reconnaît Cheik Modibo Diarra. Mais le Premier ministre défend son bilan et annonce la suite des évènements : « Le gouvernement vient d’élaborer sa feuille de route : j’envisage de convoquer, sans tarder, une session extraordinaire de l’Assemblée nationale pour présenter aux honorables députés le contenu de la feuille de route et obtenir leur adhésion et leur contribution pour sa mise en œuvre. »

Cette feuille de route devrait être appliquée par un gouvernement d’union nationale. Car le contexte a changé explique le Premier ministre : « Le feu de la polarisation partisane est en train de baisser d’intensité. Il est désormais possible de former un gouvernement d’union nationale. Nous avons convenu, le président et moi, d’engager les consultations avec toutes les parties concernées afin que toutes les énergies soient tendues vers le même idéal. »

Cet idéal, c’est celui d’un Mali digne et uni. Pour cela, Cheik Modibo Diarra demande, une nouvelle fois, un appui aux pays amis, notamment pour restructurer l’armée. La question de l’ex-junte militaire, dont la dissolution effective est réclamée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, n’a pas été évoquée.

Le Premier ministre a en revanche donné des nouvelles de Dioncounda Traoré : « Le président a un moral d’acier », dit-il, « et une irrésistible envie de revenir au pays ».

Cheik Modibo Diarra est attendu ce mardi au Burkina Faso – le président burkinabè Blaise Compaoré est médiateur dans cette crise malienne.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.