Procès Chebeya : la Haute cour militaire se penche sur la responsabilité du général Numbi

L'ex-chef de la police John Numbi, à Kinshasa, le 14 juillet 2006
© AFP/Marco Longari

Le procès de plusieurs policiers accusés d'être impliqués dans le meurtre de Floribert Chebeya et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris ce mardi 17 juillet en RDC, sans celui qui était chef de la police au moment des faits, il y a deux ans, John Numbi. Un homme que les proches du militant des droits de l'homme souhaitent voir sur le banc des accusés.

Aucune décision n’est encore intervenue quant à la responsabilité ou non du général John Numbi dans le double assassinat des activistes des droits de l’homme, Fidèle Bazana et Floribert Chebeya.

Ce mardi matin, le ministère public a répliqué à la requête des parties civiles qui avaient sollicité avec insistance la mise en accusation de John Numbi. Pour le ministère public, l’inspecteur général de la police nationale suspendu n’a pas de responsabilité avérée dans l’affaire qui est sous examen.

Les avocats des parties civiles sont alors passés à la contre-offensive : ils ont contesté la démarche et les arguments utilisés par le ministère public. Ce n’est qu’après ce débat que la Haute cour militaire donnera sa position.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.