Au Tchad, le mouvement de grève des fonctionnaires se poursuit - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute La bande passante

 

  1. 19:40 TU La bande passante
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Accents d'Europe
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Danse des mots
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Autour de la question
  14. 23:30 TU Journal
  15. 23:33 TU Autour de la question
  16. 19:40 TU La bande passante
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Accents d'Europe
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Danse des mots
  25. 22:00 TU Sessions d'information
  1. 19:40 TU Débat du jour
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Radio foot internationale
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Radio foot internationale
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  14. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Tchad

Au Tchad, le mouvement de grève des fonctionnaires se poursuit

media

Au Tchad, les syndicats appellent à la grève générale toute la semaine. L'une des raisons de la colère des fonctionnaires : des hausses de salaires, promises par les autorités mais pas respectées.

En novembre 2011, le gouvernement et les syndicats s'accordaient sur une hausse de 115% des salaires des fonctionnaires. Mesure applicable en janvier 2012.

« Nous demandons concrètement les augmentations de salaires qui sont dues, suite à la nouvelle grille qui a été signée par le président de la République », estime Michel Barka, le président de l'UST, l'Union des syndicats du Tchad, qui juge que rien n'a bougé. « Non seulement les conditions salariales sont très difficiles, mais aussi les conditions de travail. Nous sommes dans un pays qui produit du pétrole et il n’y a pas d’électricité. Les gens se débrouillent par leurs propres moyens. De plus en plus de travailleurs commencent à être conscients de cette situation ».

Du côté des autorités, on estime que cet accord a été respecté. Pour le porte-parole du gouvernement, les syndicats doivent arrêter leur lutte, les fonctionnaires reprendre le travail, car l'argent a été débloqué. Hassan Sylla Bakary ajoute que, en plus de la crise économique, il n'est pas possible, pour le moment, d'en faire plus.

« Je puis vous assurer que le gouvernement a accompli entièrement et totalement sa promesse. Nous sommes arrivés à la limite de nos possibilités. Que les syndicats respectent leurs engagements et que les fonctionnaires reprennent le travail ».

Difficile de savoir pour le moment si cette grève générale est suivie. Si le gouvernement assure que l'administration fonctionne normalement, des docteurs, qui se disent solidaires du mouvement, parlent de longues files d'attente à l'hôpital public. « Nos salaires sont si bas qu’ils ne permettent pas de joindre les deux bouts », explique l’un d’eux.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.