Côte d'Ivoire : le gouvernement tente l'apaisement après les violences de Duékoué

Le Camp de Nahibly, à Duékoué, le 20 juillet 2012.
© REUTERS/Stringer

A la suite d’un braquage meurtrier dans la nuit de jeudi à vendredi dans le quartier de Kokoma, des jeunes ont monté une expédition punitive sur le camp de déplacés de Nahibly, qui accueillait environ 5.000 personnes. Le camp a été presqu’entièrement incendié, malgré la présence des casques bleus de l’Onuci et des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire. Le bilan officiel est de onze morts et une quarantaine de blessés. Après cette nième tragédie à Duékoué, le gouvernement ivoirien tente de calmer les esprits et évite les polémiques.

Le gouvernement manifeste sa compassion « aux familles éplorées et à tous les blessés ». Le ministre ivoirien des Anciens combattants et des victimes de guerre l’a déclaré le 23 juillet sur le plateau de la télévision publique. Matthieu Badaud Darret qui était de retour de Duékoué, a souligné au passage une anomalie dans le camp incendié :

« Ce camp faisait l'objet d'un contrôle par un groupe mafieux. Les vrais déplacés avaient été pris en otage. Sur le site, on a trouvé des armes à feu, même un RPG. A ce niveau, il y a problème ».

Sur les 5.000 déplacés qui étaient dans le camp de Nahibly avant sa destruction, environ 700 se trouvent aujourd’hui dans la cour de la mairie de Duékoué.Tous s’inscrivent pour rentrer dans leurs villages, dit le gouvernement, alors que certains n’ont plus de maisons, comme l’illustrent de nombreux témoignages.

Le gouvernement ivoirien et l’Onuci assurent pourtant que le retour des déplacés dans leurs villages se fait sur le principe du volontariat. Les deux partenaires, qui s’étaient renvoyé la responsabilité de la sécurité du camp de déplacés, après sa destruction, affirment que la polémique est oubliée.

Réaction de la Ligue ivoirienne des droits de l'homme

Pour la Ligue ivoirienne des droits de l'homme, cette attaque sur le camp de Nahibly a été menée avec la complicité des chasseurs traditionnels Dozos, les forces de l'ordre ivoiriennes ont, elles, fermé les yeux alors que les casques bleus ont été totalement impuissants. Selon René Legre Hokou, président de la LIDHO, joint à Abidjan, signale une participation active des Dozos dans l'expédition punitive contre le camp de déplacés. Des témoignages rapportés à la Lidho font aussi état d'une participation «passive» des FRCI à l'attaque, dans le sens où les forces nationales ont vu l'attaque se préparer et se dérouler sans jamais intervenir alors qu'elles auraient pu le faire. Quant aux casques bleus de l'Onuci, ils n'ont pas été en mesure d'exercer leur mandat de protection des populations.

Selon les témoignages recueillis par la Lidho, les FRCI étaient là, mais n'ont rien fait pour empêcher l'encerclement du camp. Et les casques bleus ont été surpris et totalement dépassés par l'attaque. Au lieu de protéger le camp, ils se sont donc repliés.

René Legré Hokou
24-07-2012 - Par Cyril Bensimon

Rappel des faits

Les violences survenues vendredi à Duékoué ont fait, selon les sources, entre 11 et 14 morts. Tout a commencé dans la nuit lorsqu'une attaque, dans le quartier Malinké de la ville, a fait en tout 5 morts, après le décès d'un blessé. Par la suite, les jeunes de cette communauté sont allés incendier le camp de Nahibly où plusieurs centaines de personnes, essentiellement des Guerés, étaient réfugiés. Ces représailles auraient fait selon les sources entre 6 et 9 morts. Aujourd'hui, de nombreux pensionnaires de ce camp ont fui dans la brousse, d'autres se sont abrités près de la mairie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.