Mali : le front anti-putsch réclame la démission du Premier ministre - Afrique - RFI

 

  1. 22:10 TU Le débat africain
  2. 22:30 TU Journal
  3. 22:40 TU Le débat africain
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Internationales
  6. 23:30 TU Journal
  7. 22:00 TU Sessions d'information
  8. 22:30 TU Sessions d'information
  9. 23:00 TU Journal
  10. 23:10 TU Accents d'Europe
  11. 23:30 TU Journal
  1. 22:10 TU Le débat africain
  2. 22:30 TU Journal
  3. 22:40 TU Le débat africain
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Dioncounda Traoré Mali

Mali : le front anti-putsch réclame la démission du Premier ministre

media

Alors que des tractations sont en cours pour la formation d'un gouvernement d'union nationale avant le 31 juillet comme l'exige la Cédéao, le FDR, qui s'est opposé au coup d'Etat militaire de mars dernier a demandé le 24 juillet la démission du Premier ministre et de son gouvernement. Le FDR dénonce son « incompétence et son amateurisme ».

Le Premier ministre malien et son gouvernement ont désormais du souci à se faire : ils viennent de perdre le soutien du front anti-putsch dont les partis membres ont la majorité à l’Assemblée nationale. Et ce sont des mots très durs qui sont prononcés contre Cheick Modibo Diarra et de son équipe. Immobilisme, improvisation, pilotage à vue, incompétence, la charge est vraiment forte !

Les principaux partis politiques anti-putsch, réunis au sein du FDR, Front uni pour la démocratie et la République, insistent : « Plus de trois mois après son installation, l’actuel gouvernement ne fait que du surplace. Il n’y a pas de véritable plan d’action pour libérer le nord du pays, pas de véritable stratégie pour sortir de la crise au Sud », poursuivent ceux qu’on peut aujourd’hui appeler des opposants déclarés au gouvernement.

Pourtant, le Premier ministre malien a récemment publié une « feuille de route ». « La feuille de route ? C’est un plan d’action, sans aucune vision politique et stratégique », peut-on lire dans le 4ème paragraphe de la déclaration du FDR dont des responsables se disent prêts à engager un bras de fer avec le Premier ministre.

Reste que cette sortie coïncide avec l’envoi à Paris d’une délégation malienne pour rencontrer le président Dioncounda Traoré. D’après nos informations, il s’agit notamment, d’organiser son retour à Bamako.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.