Afrique centrale : le Congolais Pierre Moussa prend la tête de la Cémac

Le Centrafricain François Bozizé a dû faire certains compromis pour permettre à la Cémac de se renouveler.
© © CE

Le 11e sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac), s'est achevé mercredi soir à Brazzaville. Les présidents des six pays de la sous-région (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine et Tchad) se sont finalement mis d'accord sur le pays qui assurera la présidence tournante de l'organisation après le Congo-Brazzaville - ce sera le Gabon -, ainsi que sur le nom du nouveau président de la commission de la Cémac : le Congolais Pierre Moussa.

« Merci mon bien-aimé frère pour tout.
- C’est plutôt à toi que je dois dire un grand merci. C’est toi qui a fait des concessions. »

Ces amabilités échangées ce mercredi 25 juillet, entre le chef d'Etat centrafricain François Bozizé et le président congolais Denis Sassou Nguesso, traduisent bien le difficile compromis arraché à l’issue de quelque dix heures de travaux à huis clos.

Je dirais que c'est le premier sommet où les engagements politiques sont très clairs pour arriver à une intégration
Idriss Déby
11-10-2013 - Par RFI

Il faut dire que le président centrafricain s’est bien battu tout au long du sommet. Au nom d’un principe de rotation par ordre alphabétique à la tête de l’institution, il avait deux candidats pour le poste, d'autant que le départ d’Antoine Ntsimi, le président actuel - avec qui il est en conflit ouvert -, était acquis. François Bozizé a donc défendu bec et ongles ce principe instauré il y a seulement deux ans, mais aujourd’hui dénoncé par certains de ses pairs, qui assurent qu’il ne peut pas cumuler le siège de la Cémac et la présidence de la Commission.

Après plusieurs heures de blocage, François Bozizé lâche du lest. Son pays est écarté de la présidence de la Commission mais le principe de la rotation est réaffirmé. C’est donc le Congolais Pierre Moussa qui devient le nouveau président de la Commission, mais juste pour un mandat de cinq ans.

Quant à la Centrafrique, elle obtient plusieurs lots de consolation : la vice-présidence de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale, plusieurs directions d’institutions régionales, et surtout la direction générale de la nouvelle compagnie Air Cémac.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.