RDC: pour Kabila, le soutien rwandais au M23 est un «secret de polichinelle»


©

La situation dans l'est de la République démocratique du Congo et la progression de la rébellion du M23, soutenue -selon l'ONU- par le Rwanda voisin, provoquent une intense activité politique et diplomatique. Le président de la RDC, Joseph Kabila s'est exprimé à la télévision sur l'agression rwandaise dans l'est de son pays. De leur côté, les autorités du Nord-Kivu se sont dites prêtes à une évaluation des accords de 2009 dont le M23 dénonce la mauvaise application.

Fait assez rare, le président Kabila s’est exprimé samedi 28 juillet au soir à la télévision congolaise. Pour la première fois le président congolais évoque ouvertement l’agression rwandaise dans l’est du pays, et attend le soutien de la communauté internationale.

La présence du Rwanda : «un secret de polichinelle»

Joseph Kabila évoque trois pistes pour ramener la paix : diplomatique, politique, et militaire. Il n’a pas fait son choix. Pour la première fois il évoque publiquement l’agression étrangère dans l’Est. La présence des armées rwandaise et ougandaise n’est plus un sujet tabou : «On a déjà officiellement demandé aux Ougandais de nous expliquer exactement ce qui se passe et la réponse à cette demande est que l'Ouganda n'a rien à voir. Quand à la présence du Rwanda, c'est un secret de polichinelle. Alors, est-ce que la diplomatie peut être une solution ? De toutes les façons, il y a ces trois pistes de solution : militaire, politique et diplomatique. Ca peut être les trois à la fois

Le président congolais ne parle pas d’une éventuelle négociation avec le M23. Sur l’idée d’une force neutre à la frontière, il dit qu’elle est nécessaire, mais ne donne aucune précision. Enfin, il évoque le prochain sommet de la Francophonie en octobre à Kinshasa comme une occasion pour les autres pays d’exprimer leur appui au peuple congolais face à l’agression dans l’Est.

Les autorités congolaises sont prêtes à une évaluation des accords du 23 mars

C'est ce qui ressort d'un communiqué publié samedi 28 juillet par le gouverneur du Nord-Kivu et confirmé par le porte-parole du gouvernement national. Les rebelles du M23 se sont mutinés pour dénoncer la mauvaise application de ces accords du 23 mars 2009. Les accords prévoyaient, entre autre, une reconnaissance des grades des ex-rebelles du CNDP -dont le M23 est issu- et leur intégration dans l'armée nationale.

... Kinshasa demande une évaluation des accords du 23 mars, signés avec l'ancienne rébellion du CNDP qui constitue l'actuel M23, en présence d'une médiation internationale... une position relayée par le gouverneur du Nord-Kivu... le porte-parole du M23 se dit satisfait de cette position mais il ajoute de nouveaux points...
Les autorités congolaises font un pas vers une sortie de crise dans l'est de la RDC
11-10-2013 - Par RFI

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.