Soutien à la rébellion du M23: le Rwanda conteste et proteste


©

Le rapport d'experts de l'Onu, qui accuse le Rwanda d'aider la rébellion du M23 dans l'est du Congo-Kinshasa, publié le mois dernier provoque des sanctions en cascade contre Kigali. Après les Etats-Unis, et les Pays-Bas, c’est au tour de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne de suspendre le versement de leur aide budgétaire au Rwanda. Kigali, qui a toujours nié tout soutien aux rebelles du M23, juge ces décisions «hâtives» et «basées sur des éléments inconsistants». Les autorités rwandaises ont reçu cette semaine le groupe d'experts de l'ONU, auteur du rapport, pour réfuter point par point toutes ses accusations. Un argumentaire rwandais qui a aussi été résumé par écrit et qui est parvenu à RFI.

Vingt-huit pages, sans les annexes, c’est la «Réponse du Rwanda aux allégations du Groupe d'experts de l'ONU». Kigali accuse ces experts d'avoir accordé trop de crédit à des éléments inconsistants, des témoins peu fiables, et de ne pas avoir donné la version des officiels rwandais.

Le Rwanda s'investit pour la paix selon le rapport

Ces très hauts gradés rwandais, accusés de soutien au M23, ont la parole. Si certains ont eu des contacts avec le M23, ils assurent que c'était pour appeler les mutins au dialogue et éviter le retour à la violence. Le général Nziza, accusé de s'être redéployé dans l'ouest du Rwanda pour coordonner le soutien au M23 fournit son agenda et la liste des 114 rendez vous qu'il a eus à Kigali au cours de la période en cause.

Point par point, le document réfute toutes les accusations des experts de l'Onu.
S'il y a eu recrutement en territoire rwandais au profit du M23, il ne peut s’agir que d'initiatives individuelles qui n'impliquent pas l'armée rwandaise dit-il. Non, réplique encore le Rwanda, les armes, munitions et uniformes présentés dans le rapport n'ont pas été fournis aux rebelles par l'Armée rwandaise. Ils peuvent très bien provenir de l'armée congolaise.

Plus qu'aucun autre pays, le Rwanda s'est investi depuis trois ans pour préserver la paix dans l'est du Congo, concluent les autorités rwandaises. Elles reprochent aux experts de l'Onu d'avoir trop hâtivement publié un rapport biaisé, sous la pression des ONG.
Mais ce document, qui a donc fuité, n'a pour l'instant pas suffi à empêcher de nouvelles chancelleries occidentales de suspendre leur aide budgétaire au Rwanda. La Grande Bretagne retarde le versement de 25 millions de dollars prévu ce mois-ci et l'Allemagne suspend le versement de 26 millions de dollars prévu sur les trois années à venir.