Mali: Diouncounda Traoré annonce de nouvelles institutions pour la transition

Le président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, prépare dans son bureau son allocution du dimanche 29 juillet 2012.
© AFP/Habibou Kouyaté

Au Mali, le discours de Dioncounda Traoré, le président par intérim, était très attendu. Il s'agissait de sa première prise de parole depuis son retour vendredi dernier, mis à part les quelques mots sur son état de santé, à son arrivée à l'aéroport. Mais ce dimanche soir, c'est un discours politique que Dioncounda Traoré a développé et les attributions du Premier ministre Cheick Modibo Diarra se trouvent de fait réduites.

Ceux qui avaient surnommé, dès son retour, Dioncounda Traoré « la force tranquille » avaient probablement vu juste. Il a tenu aux Maliens un discours tout à la fois de rassembleur et d’homme déterminé.

Mes chers compatriotes, il y a un temps pour tout : un temps pour la politique politicienne, un temps pour les ambitions personnelles, un temps pour les querelles partisanes mais aujourd’hui c’est le temps de la mobilisation de tous et de toutes pour sauver notre pays en danger…
Dioncounda Traoré : un discours rassembleur
11-10-2013 - Par RFI

Dioncounda Traroé présente le détail de ses propositions pour les organes de la transition
11-10-2013 - Par RFI

Il propose la création d’un organe de transition dénommé le Haut Conseil d’Etat (HCE), qui sera constitué d’un président (lui-même) et de deux vice-présidents. L’un des deux vice-présidents sera chargé des questions de sécurité et de défense ; le second vice-président représentera les forces vives de la nation et la société civile.

Ensuite, prenant carrément le contre-pied de l’actuel Premier ministre qui n’aura pratiquement plus aucun pouvoir, Dioncounda Traoré propose la composition d’un gouvernement d’union nationale. Il a précisé que c’est lui qui mènera les consultations. Le Premier ministre Cheick Modibo Diarra, appréciera.

Autre organe à créer, le Conseil national de transition (CNT). Le Conseil aura une compétence consultative et sera composé des partis politiques représentés ou non à l’Assemblée nationale. Enfin, le président par intérim Dioncounda Traoré propose la création d'une dernière structure : une commission nationale aux négociations. Cette commission négociera avec les groupes armées qui occupent le nord du Mali, avec l’appui du médiateur Blaise Compaoré.

Premières réactions au discours du président par intérim Dioncounda Traoré

Fatoumata Siré Diakité, vice-présidente du Front démocratique et républicain (anti-junte), est enthousiaste.

Un discours fédérateur et apaisant… le président veut partager le pouvoir, il ne va pas le garder pour lui tout seul ; c'est une sorte de démocratisation… Il va demander la contribution, les idées, de tout le monde... il a confiance dans les forces de sécurité du Mali malgré les événements du 21 mai... tout cela contribue à la paix et à la concorde...
Fatoumata Siré Diakité : «Un discours d’espoir pour un Mali enfin debout et conquérant»
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Cheick Oumar Sissoko, président du Sadi (Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance) estime lui que tout ce qu'annonce Dioncounda Traoré doit être soumis à discussion.

... il doit accepter qu’elles soient versées à la concertation nationale qui est en préparation… si nous ne nous rencontrons pas peut-être qu’il y aura encore des petits problèmes…
Cheikh Oumar Sissoko : «Des propositions assez intéressantes...» mais
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre