Côte d'Ivoire: explosion des frais universitaires à Abidjan

Des étudiants à l'université de Cocody, en 2005.
© AFP PHOTO ISSOUF SANOGO

En Côte d'Ivoire, les étudiants retrouveront le chemin des amphithéâtres le 3 septembre. À un mois de la réouverture des universités après deux années blanches, les travaux de réhabilitation des campus, entamés il y a un an, se poursuivent. Et la décision prise récemment par le gouvernement de rehausser les frais d’inscription qui passent de 6 000 à 100 000 francs Cfa, ne fait pas l’unanimité.

L’annonce faite la semaine dernière par la conférence des présidents des universités publiques de Côte d'Ivoire suscite toujours des débats passionnés. Les frais d’inscription des étudiants pour la licence passent de 6 000 à 100 000 francs Cfa, 200 000 pour le master et 300 000 francs Cfa pour le doctorat. Soit une augmentation entre 1 600% et 5 000% !

Les responsables des universités assument leur choix, malgré le tollé général qu’il a suscité. Ils expliquent d’abord que cela faisait 32 ans que les frais d’inscription n’avaient pas été rehaussés. Leur dernière augmentation date en effet de 1980.

D'autre part, selon eux, cette hausse importante trouve sa raison d'être dans le fait de faire participer en partie les étudiants à l’amortissement des coûts engagés pour la rénovation des universités : 100 milliards de francs Cfa sans compter l’entretien des équipements qu'il faudra assurer.

On ne sait pas encore le montant que ces frais d’inscription vont rapporter pour l’année académique 2012-2013, qui devrait démarrer le 3 septembre si les chantiers de rénovation sont terminés.

Pour l’université de Cocody, il y a déjà un peu plus de 50 000 étudiants qui se sont inscrits. Mais comme pour les autres campus, ce chiffre n’est pas encore définitif. Les services concernés sont en train de passer au peigne fin toutes les inscriptions, qui pour la première fois depuis des années, auront échappé à la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI).