Centrafrique : l'heure des explications après les affrontements de Bangui


©

Le calme est revenu après les affrontements du jeudi 1er août à Bangui, entre les forces de l'ordre et des jeunes qui protestaient contre la liste des 600 futurs gendarmes sélectionnés parmi plusieurs milliers de candidats. Les manifestants accusaient le gouvernement d'avoir privilégié les candidats issus de la même ethnie que le président centrafricain. Vrai ou faux, le ministre de la Défense, Jean-Francis Bozizé, fils du chef de l'Etat, accuse de son côté l'opposition de manipuler ces jeunes. Ce que récuse Nicolas Tiangaye, leader d'un parti de l'opposition et coordinateur du Front pour l'annulation et la reprise des élections de 2001.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.