Madagascar : les mutins du 22 juillet devant la justice

Des soldats loyalistes en faction près du camp des mutins, non loin de l'aéroport d'Antananarivo, le 22 juillet 2012.
© Photo AFP/Andreea Campeanu

A Madagascar, sept hommes liés à la mutinerie qui avait éclaté le 22 juillet dernier sur une base de l'armée de terre près de la capitale ont été déférés, samedi 4 août, au parquet. Deux militaires et quatre civils ont été placés sous mandat de dépôt, le cinquième civil a été placé en liberté provisoire. Outre la mutinerie, la justice a retenu les chefs d'inculpation d'« atteinte à la sûreté de l'Etat », « meurtre », « association de malfaiteurs », passibles à Madagascar de la prison à vie. Bien des zones d'ombres persistent autour de cette mutinerie qui a fait trois morts.

L'audition des deux militaires et des cinq civils dans le bureau du procureur s'est déroulé à huis clos. Qui sont-ils ? Réponse du commandant Mahefa Andriamorazaka, le gendarme chargé de les déférer au parquet : « Ça reste secret pour l'enquête, je ne peux rien vous dire ».

Selon certaines sources, ces civils seraient d'anciens militaires reconvertis en hommes de main, l'un d'eux au moins aurait déjà été arrêté dans des affaires de kidnapping. De leur côté, un militaire et un civil sont toujours à l'hôpital dans l'attente d'être déférés. Quant à la police, elle serait toujours à la recherche d’au moins deux militaires et des commanditaires de cette mutinerie.

Deux théories cohabitent toujours sur les motivations des soldats mutins du 22 juillet.
La première : il s’agirait d’un conflit interne aux militaires qui visait la démission du ministre des Forces armées, accusé de favoritisme. La deuxième : cette mutinerie visait à empêcher le président de la transition Andry Rajoelina de partir négocier dès le lendemain avec l'ancien président Marc Ravalomanana aux Seychelles.

Certaines sources affirment que les ordres viendraient de proches du président de la transition, qui voudraient le décrédibiliser, pour l'écarter du pouvoir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.