Côte d'Ivoire : 52e anniversaire d'indépendance sur fond de violence

Soldats des forces spéciales ivoiriennes paradant à Abidjan pour le 52e anniversaire de l'indépendance, le 7 Août 2012.
© REUTERS/Luc Gnago

La Côte d'Ivoire fêtait ce mardi 7 août 2012 le 52e anniversaire de son indépendance. Une cérémonie digne et sobre, après les attaques du weekend dernier qui ont fait une dizaine de morts parmi les soldats ivoiriens. Un peu plus de 24 heures après l'attaque du camp d'Akouedo, les autorités ivoiriennes se disent certaines que des proches de l'ancien régime sont derrière ces violences.

D'après les premiers éléments de l'enquête - les assaillants avaient une parfaite connaissance de l'architecture du camp d'Akouedo – et l'assaut semble avoir été mené aussi de l'intérieur –. La majorité des militaires installés dans le camp faisaient partie de l'armée du temps de Laurent Gbagbo : si l'armée ivoirienne est désormais réunifiée – le pouvoir soupçonne des complicités entre certains soldats et les agresseurs.

Le FPI, le parti de Laurent Gbagbo, nie catégoriquement toute implication. Ses cadres condamnent fermement ces violences – et demandent à ce qu'une enquête indépendante soit menée.

Mais pour le gouvernement d'Alassane Ouattara cela ne fait pas de doute, ces attaques étaient commanditées par des cadres de l'ancien régime - à partir du Ghana. Le chef de l'Etat ivoirien s'apprête à se rendre à Accra pour les funérailles de John Atta-Mills - le président ghanéen décédé le 24 juillet dernier. Nul doute que sera évoquée avec le successeur d'Atta-Mills la question de l'extradition de certains proches de Laurent Gbagbo exilés au Ghana depuis la fin de la crise post-électorale.

La facilité avec laquelle les assaillants - trente tout au plus - ont mené cette attaque souligne enfin la fragilité d'une partie de l'armée ivoirienne – tout le monde s'accorde aujourd'hui à Abidjan sur la nécessité d'équiper et de former les soldats.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.