Au Nigeria, dix-neuf personnes tuées dans l'attaque d'un lieu de culte chrétien

Une des églises de la ville de Kaduna après l'explosion d'une bombe, le 17 juin 2012.
© Reuters/Stringer

Au Nigeria, des hommes ont ouvert le feu lors d'un office dans un temple évangélique du centre du Nigeria, lundi 6 août 2012. Dix-neuf personnes ont été tuées dont le pasteur. La liste des églises visées par des attaques s'allonge mais les responsables religieux jouent l'apaisement.

L'attaque a eu lieu dans la soirée du 6 août, aux alentours de 20h 30 locales, dans la ville d'Okene. Des hommes armés ont fait irruption dans l'église évangéliste Deeper Life Church au moment où se déroulait un office. Quinze personnes ont été tuées sur le coup, dont le pasteur, et 4 sont décédées des suites de leurs blessures.

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les soupçons se portent sur la secte islamiste Boko Haram.

Depuis décembre dernier, les chrétiens sont régulièrement pris pour cible

Il y a un mois, une autre église d'Okene avait déjà été visée par un attentat à la bombe mais l'explosion n'avait pas fait de victimes. La JTF, la force spéciale militaire-police, avait alors déclaré avoir découvert une fabrique de bombes artisanales, non loin, dans la localité d'Ogaminana.

Des faits qui corroborent les allégations selon lesquelles des membres de Boko Haram seraient originaires de l'Etat de Kogi, un Etat qui se trouve au sud d'Abuja, la capitale fédérale. Si la piste du groupe fondamentaliste se confirme, ce serait l'attaque la meurtrière jamais perpétrée par la secte aussi au sud du Nigeria.

Les autorités religieuses calment les esprits

Ce massacre de lundi à Okene vient s'ajouter à une déjà longue liste, suscitant une exaspération de plus en plus pronconcée des communautés chrétiennes.

Pour éviter que l'Etat de Kogi ne plonge dans un cycle de vengeance, comme celui qui avait endeuillé la ville de Bauchi en juin dernier, les autorités religieuses se sont empressées de calmer les esprits.

Dans un entretien accordé à Radio Vatican ce mardi 8 août, l'archevêque d'Abuja, Monseigneur John Onaiyekan a tenu des propos à la fois critiques et mesurés. Il a expliqué que la seule logique derrière l'action des islamistes de Boko Haram est «de dresser les chrétiens contre les musulmans», avant de mettre en garde. «Une grande persécution des chrétiens par les musulmans n'est pas en cours, a t-il dit, le pays n'est pas divisé entre ces deux groupes qui s'attaqueraient l'un l'autre

Les principales attaques contre des lieux de culte chrétiens au Nigeria depuis un an et demi (avec AFP)

- 4 nov 2011: au moins 150 morts au cours d'une série d'attaques revendiquées par Boko Haram contre des églises et des postes de police notamment à Damaturu (nord-est).

- 25 déc 2011: une vague d'attaques, revendiqués par la secte, visant notamment des églises fait 49 morts dont un kamikaze. L'attentat le plus meurtrier (44 morts) se produit près d’une église en périphérie d'Abuja.

- 6 jan 2012: des hommes armés ouvrent le feu sur un rassemblement de chrétiens en deuil et tuent 17 personnes à Mubi (nord-est). Au moins 10 morts lors d'une attaque dans une église de Yola.

- 11 mars: un attentat suicide contre une église de Jos (centre) et les violences qui suivent provoquent la mort d’une dizaine de personnes. Il s’agit du deuxième attentat visant une église de cette ville en 15 jours (trois morts) revendiqué par Boko Haram.

- 8 avr: un attentat à la bombe le dimanche de Pâques près d'une église de Kaduna (nord) fait au moins 41 morts. Le 29, également dans le Nord, une vingtaine de personnes sont tuées dans une attaque à la bombe et des tirs pendant deux services religieux chrétiens dans une université de Kano.

- 3 juin: un kamikaze tente de faire exploser une voiture piégée dans une église de Bauchi dans le nord-est, tuant au moins quinze personnes. Le 17 juin, des attentats revendiqués par Boko Haram visent trois églises à Kaduna et Zaria (nord), provoquant un cycle de représailles entre chrétiens et musulmans. Les violences font de 100 morts en une semaine.

- 6 août: des hommes armés ouvrent le feu lors d'un office dans un temple évangélique dans la ville d'Okene, dans l'Etat de Kogi (centre), tuant au moins dix-neuf personnes, selon l'armée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.