Nigeria : Okene dans l’inquiétude après deux fusillades


©

Le lundi 5 août dans la soirée, des hommes armés avaient ouvert le feu et tué 19 personnes lors d'un office dans un temple évangélique d’Okene, au Nigeria. Après de nouvelles attaques ce mardi, un couvre feu a été imposé et le climat est particulièrement tendu ce mercredi 8 août 2012 dans cette ville de l’Etat de Kogi, dans le sud-ouest du pays.

La situation dans la ville d'Okene est tendue ce mercredi. Après la fusillade dans le temple évangélique Deeper Life Church, qui a fait 19 morts lundi soir, des hommes armés ont a nouveau sévi ce mardi.

D'après des sources policières, des assaillants ont tiré sur une patrouille militaire dans la principale rue commerçante d'Okene, et la fusillade aurait fait deux morts de chaque côté.

Un couvre-feu a donc été imposé dans la totalité d'Okene de la tombée du jour jusqu'a l'aube. L'accès de la ville de Lokoja, la capitale de l'Etat de Kogi, a également été interdit aux motos-taxis pendant la nuit.

Boko Haram, suspect numéro un

Pour le moment, on ignore qui est derrière ces attaques car ni la fusillade de lundi, ni celle de mardi n'ont été revendiquées. Mais les soupçons se portent sur Boko Haram, la secte islamiste qui mène régulièrement des attaques contre les forces de police et les lieux de culte chrétiens.

Jusque là, l'Etat de Kogi, situé au sud-ouest du pays, était épargné par les violences mais la situation pourrait être en train de changer. Des analystes estiment en effet que des membres du groupe fondamentaliste, originaires de l'Etat de Kogi, auraient étendu l'influence du mouvement dans la zone.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.