Madagascar : toujours pas d'accord entre Ravalomanana et Rajoelina

Malgré les efforts des médiateurs Jacob Zuma (g) et James Mitchel (d), aucun accord n'a été trouvé entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina à Victoria, ce 8 août 2012.
© AFP

A Madagascar, le paysage politique ne risque pas d'être bouleversé ce jeudi 9 août. Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, l'ancien chef d'Etat et l'actuel président de la Transition, réunis aux Seychelles par la SADC, la Communauté de développement des pays d'Afrique australe, pour trouver une porte de sortie à la crise politique qui dure depuis trois ans, se sont quittés mercredi sans trouver d'accord. Et maintenant, quelles échéances ?

Les pourparlers entre les deux hommes se tenaient pour la deuxième fois consécutive aux Seychelles. Toute la journée de mercredi 8 août, les deux hommes ont négocié par médiateurs interposés, en l'occurrence Jacob Zuma, le président sud-africain, et James Mitchel, le président des Seychelles. Finalement, après 30 minutes seulement de face à face, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se sont donc séparés, sans trouver d'accord.

Andry Rajoelina est attendu dans la journée à Madagascar ; Marc Ravalomanana en toute vraisemblance devrait regagner l'Afrique du Sud. Est-ce qu'ils vont se recroiser avant leur départ ? Aucune information n’a filtré là-dessus. Marius Fransman, le chef des médiateurs de la Sadc était également attendu ce jeudi à Madagascar, mais une source diplomatique affirme qu'il ne viendra qu'après le prochain sommet de la SADC, les 17 et 18 août prochain. Ce matin, Madagascar se réveille avec un sentiment de déjà-vu : cela fait trois ans que la SADC essaie de réconcilier Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Trois ans, que l'Afrique australe n'y parvient pas.

Andry Rajoelina veut que la condamnation en justice de Marc Ravalomanana aux travaux forcés à vie s'applique. Marc Ravalomanana, lui, veut rentrer libre à Madagascar,
et se présenter à la future élection présidentielle.

Andry Rajoelina a désormais pour lui un pays qui avance vers des élections, un calendrier validé par la communauté internationale, qu’il appliquera « avec ou sans accord » selon ses propres mots. Selon certaines sources, la Sadc pourrait passer en force et ramener elle-même Marc Ravalomanana sur le territoire malgache.

Le dernier ultimatum de la SADC pour que les deux hommes trouvent un accord court officiellement jusqu'au 16 aout. Dans une semaine exactement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.