En Tunisie, des femmes descendent dans la rue pour défendre leurs droits


©

Les femmes tunisiennes ont manifesté, ce lundi 13 août, dans les rues de Tunis la capitale : une grande marche pour protester contre l'article 27 de la nouvelle Constitution en préparation. Ce texte dit que la femme est complémentaire de l'homme, et non pas son égale. Les femmes ont choisi ce 13 août pour défendre leurs droits. C'est la date d'anniversaire du code de statut personnel tunisien, proclamé il y 56 ans. Un texte très progressiste en matière de droits des femmes.

Ce qui inquiète aujourd'hui les défenseurs des libertés, c'est que le pays fasse marche arrière et que les acquis de la condition féminine notamment, soit balayés petit à petit, insidieusement, par le gouvernement islamiste Ennahda.

« On pensait se battre aujourd'hui pour consacrer l'égalité entre hommes et femmes, explique la militante Khadija Cherif, et on nous parle maintenant de complémentarité, c'est très dangereux ».

C'est un fait, désormais les radicaux et les conservateurs ont la critique facile dans le pays et se sentent libres de défendre leurs principes sous couvert de religion sans être inquiétés. Et c'est précisément ce que déplorent certains : la passivité des autorités face aux menaces contre les libertés publiques, la complicité même du gouvernement, disent d'autres Tunisiens qui ne demandent qu'à être protégés.

Le rapporteur de la Constitution a par ailleurs annoncé, ce lundi, que la commission qui prépare le texte a pris du retard. La nouvelle Constitution ne sera donc pas adoptée avant avril 2013 et non en octobre 2012 comme prévu.