Athlètes camerounais en fuite lors des Jeux: la polémique se poursuit à Yaoundé

Le boxeur camerounais Thomas Essomba, battu par l'Irlandais Barnes, a pris la poudre d'escampette en Grande-Bretagne.
© REUTERS/Murad Sezer

Des athlètes camerounais disparus à Londres pendant les Jeux olympiques ont confié hier à la BBC avoir été « menacés » par leurs dirigeants lors des compétitions. Cette dernière sortie vient encore ajouter à la polémique déclenchée par le fiasco du pays aux JO. La délégation, qui n'a ramené aucune médaille, a enregistré huit défections de sportifs à Londres.

Selon leurs témoignages recueillis par la BBC, les boxeurs camerounais auraient subi des menaces de la part des dirigeants de leur délégation : menaces de ne pas pouvoir se rendre aux Jeux olympiques, puis une fois à Londres de se voir retirer leur passeport en cas de défaite. Quant à leur prime, elle aurait d’après les sportifs, été divisée par deux par l’encadrement. Autant de pressions qui les auraient conduits à déserter.

Les accusations de « menaces » ont aussitôt été démenties par le chef de la délégation camerounaise pour qui les fugueurs cherchent des excuses pour justifier leur départ.

Mais la sortie des boxeurs n’est pas la seule à alimenter l’actuelle polémique autour de l’affairisme dans le sport camerounais. Dans un tout autre registre, la Fédération camerounaise de natation affirme s’être opposée, en vain, à la participation du nageur qui est aujourd’hui en fuite. La fédération dénonce au passage un manque de transparence dans la sélection des sportifs, du moins pour les compétitions internationales, lieu privilégié de fuites d’athlètes. Ces responsables qui n’ont finalement pas pu prendre part à la délégation partie pour Londres malgré leur accréditation et leur titre de transport, déplorent aussi « la présence de gens qui n’ont rien à voir avec le sport dans l’encadrement de la délégation sportive camerounaise ».

Joint par RFI, Le président du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), Hamad Kalkaba Malboum, fraîchement rentré à Yaoundé, se refuse à tout commentaire sur cette affaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.