Côte d'Ivoire : Yopougon sous surveillance après les attaques de soldats

Les forces républicaines (FRCI) circulent dans une rue de Yopougon, le 4 mai 2011.
© REUTERS/Luc Gnago

En Côte d'Ivoire, les autorités ont mis en place des mesures de sécurité renforcées dans certaines parties du pays suite aux attaques visant des militaires ivoiriens. C'est à Yopougon que les forces de sécurité concentrent une grande partie de leurs efforts. Le gouvernement accuse des miliciens qui se réclament de Laurent Gbagbo d'être derrière les violences qui visent les soldats ivoiriens. C'est aussi là que six soldats ivoiriens ont été tués dans deux attaques il y a dix jours.

A Yopougon, on croise des soldats des forces républicaines de Côte d'Ivoire presque à chaque carrefour. Les FRCI contrôlent les coffres des voitures – à la recherche d'armes, comme celles qui ont par exemple été volées lors de l'assaut du camp militaire d'Akouedo.

C'est dans ces rues qu'a débuté la longue série d'attaques visant des militaires il y a dix jours. Depuis, les habitants disent vivre comme s'ils étaient sous couvre-feu.

« La vie n'est plus comme avant, explique l’un d’entre eux. On a peur de s'aventurer dans les rues à partir de 21h – 22 heures. On est dehors seulement quand il y a un besoin très urgent. Sinon chacun reste chez lui. »

D'après l'armée, c'est notamment à Yopougon que se cacheraient les miliciens responsables de ces violences - des miliciens qui viendraient de l'Ouest de la Côte d'Ivoire. Les contrôles se concentrent ainsi sur les ressortissants de cette région – mais les habitants dénoncent un excès de zèle.

« Lorsqu'on prend tes pièces et on constate que tu es originaire de l'Ouest, on te prend automatiquement, systématiquement pour un milicien, assure un homme du quartier. Or là ils n'ont pas de preuves en tant que tel. »

La semaine dernière, la ligue ivoirienne des droits de l'homme appelait les FRCI à agir avec discernement et retenue lors des opérations de sécurisation, afin d’éviter des bavures et des exactions. Plusieurs cas de violences, de perquisitions et d'arrestations arbitraires ont été signalés aux défenseurs ivoiriens des droits humains - qui enquêtent en ce moment sur ces cas.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.